Le collège Royal de Port-Louis rafle neuf bourses d’État

Avec le soutien de
Huit des neuf lauréats du RCPL : 1. Damien Hong Lin, 2. Evan Li Youn Fong, 3. Mohammed Abraar Ibrahim Faki Ahmed, 4. Kooshiraj Gangasingh, 5. Nikhil Gobin, 6. Pascal Lee Slew, 7. Sakthivelan Ramen et 8. Varesh Beeharry

Huit des neuf lauréats du RCPL : 1. Damien Hong Lin, 2. Evan Li Youn Fong, 3. Mohammed Abraar Ibrahim Faki Ahmed, 4. Kooshiraj Gangasingh, 5. Nikhil Gobin, 6. Pascal Lee Slew, 7. Sakthivelan Ramen et 8. Varesh Beeharry

Neuf bourses pour les 90 ans du collège, c’est un très beau cadeau. C’est ainsi que le recteur Henry Wan a résumé la réussite de la cuvée 2018. Il croyait dans beaucoup de ses collégiens et avait aussi confiance en ses enseignants. Au fur et à mesure que les noms étaient annoncés, c’était l’effervescence. «9 piso» scandaient les étudiants au rythme des percussions.

 Mohammad Abraar Ibrahim Faki Ahmed est le premier lauréat présent au collège, lors de l’annonce officielle. «Mo pa ti atane vine lauréat», devait dire le jeune homme avant de fondre en larmes. C’est sa deuxième tentative après avoir été classé l’an dernier.

Kooshiraj Gangasingh est lui aussi surpris. «Je m’attendais à être lauréat du côté des bourses additionnelles pas de celles de l’État. Je suis fier de mon collège surtout avec la bourse SSR», a fait ressortir le jeune homme qui a été plébiscité au niveau des sciences. Il compte entreprendre des études en mathématiques ou en physique, aux États-Unis, si la chance se présente.

Evan Fook Chong Li Youn Fong est lauréat du côté des sciences pour la bourse SSR pour cette cuvée 2018. «C’est un choc. Je pensais être parmi les derniers. Le secret de la réussite c’est la pratique et de ne rien lâcher. Je suis intéressé à faire des études en Computer Science», a souligné le jeune homme.

Sakthivelan Ramen avance, pour sa part, qu’être lauréat n’est qu’un titre. «J’aime beaucoup les sciences sociales. Une possibilité, c’est le droit.». Le père de Sakthivelan Ramen est banquier et sa mère femme au foyer.

Varesh Kumar Beeharry n’a pas caché sa surprise lorsqu’il a entendu son nom figurer parmi les lauréats. Il affirme avoir travaillé dur. «Je suis heureux et je remercie mes parents. Je compte me tourner vers des études en informatique ou en mathématiques», a fait ressortir le jeune homme de 18 ans.

Nikhil Gobin a, lui, expliqué que : «Hard work pays off. C’est une devise que m’a inculquée ma mère. Le résultat est là.» Il envisage des études de médecine en Allemagne.

Pascal Lee Slew veut faire carrière à l’étranger avant de retourner au pays. Ce lauréat de la filière scientifique pense  poursuivre des études en mathématiques, au Canada. Être lauréat c’est un soulagement car son père comptable est à la retraite et sa mère est femme au foyer. Alors que ses deux sœurs sont scolarisées au QEC.

Damien Hong Lin a été surpris d’entendre son nom à la télévision. «Je ne m’y attendais pas. J’ai entendu mon nom à la télé, c’était inimaginable. J’ai déjà postulé dans plusieurs universités à l’étranger. Je vais faire des études en Finance», a soutenu le lauréat de la filière économique.

Quant à Mohammad Billal Shuaid Emritte, il ne s’est pas rendu au collège. Nous avons vainement tenté de contacter ses proches, qui sont restés injoignables. Le jeune homme était scolarisé au collège du St-Esprit en 2016 et avait obtenu 7 unités avant de faire le saut au RCPL.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires