Go Life cultivera du cannabis et fabriquera des produits médicinaux dérivés

Avec le soutien de
Le potentiel du marché médicinal est tel que peu de sociétés se priveraient de s’y engager.

Le potentiel du marché médicinal est tel que peu de sociétés se priveraient de s’y engager.

Rien ne sera plus comme avant dans le champ d’activités de Go Life International, incorporée à Maurice le 1er octobre 2010 et dont les valeurs sont cotées tant à la Stock Exchange of Mauritius qu’à la Johannesburg Stock Exchange. Go Life envisage sérieusement de se positionner sur le marché des produits dérivés du cannabis en raison de leur propriété curative.

L’annonce est contenue dans le dernier rapport soumis par les directeurs de Go Life International à la Stock Exchange of Mauritius, organisme régulateur du marché boursier selon les termes de ses obligations de société cotée. Le rapport est disponible sur le site de la SEM depuis lundi.

Les activités de Go Life International étaient jusqu’ici cantonnées au marché des produits cosméceutiques et nutraceutiques. Le premier type concerne les produits de soins de santé qui combinent les propriétés cosmétiques et pharmaceutiques. Le second se rapporte à des produits vendus sous forme de capsules ou de comprimés en pharmacie et qui résultent de l’extraction d’éléments actifs dont recèlent des produits d’alimentation.

Le potentiel du marché médicinal est tel que peu de sociétés se priveraient de s’y engager.

La nouvelle approche de Go Life International se situe dans le cadre d’une révision de son orientation en affaires afin de se positionner plus comme une société de prestation de soins de santé à multiples facettes qu’autre chose. Cela dans le but d’offrir un ensemble des produits de soins de santé comme le requiert le marché dans les secteurs pharmaceutique, générique, cosméceutique et nutraceutique. Go Life International a déjà un pied dans la filière de consommables médicaux et des produits médicaux haut de gamme sophistiqués.

Le marché des produits médicinaux dérivés du cannabis a un fort potentiel de croissance à en croire une étude réalisée en 2018 par Grand View Research. Une performance qui laisserait indifférentes peu de sociétés engagées déjà dans le secteur de produits associés aux soins de santé. Une des observations de cette étude indique que le marché légal du cannabis médicinal pourrait atteindre les $ 146,4 milliards d’ici 2025.

«La filière de divertissement occasionneé par le cannabis va enregistrer un taux de croissance annuelle composée de 43,2 % entre 2017 et 2025. À la suite du Canada, plusieurs autres pays sont à même de légaliser l’utilisation du cannabis à l’intention des adultes dans la dernière partie de la période concernée», écrivent les rédacteurs du rapport de Grand View Research.

La liste de pays qui ont légalisé le cannabis à usage médicinal s’allonge. Cette liste comprend des pays tels que l’Espagne, Israël, la Finlande, la Suisse, les Pays-Bas, certains États des États-Unis d’Amérique, le Royaume-Uni et la France en 2018 respectivement.

Le potentiel du marché médicinal est tel que peu de sociétés se priveraient de s’y engager.

Si les autorités mauriciennes hésitent encore à autoriser l’utilisation du cannabis pour des raisons médicinales, ce n’est pas pour autant que Maurice ne représente pas une destination idéale pour la culture du cannabis à usage médicinal aux yeux de ces opérateurs étrangers très au courant du potentiel de ce marché.

La firme Dr Potter’s Ltd est une des toutes premières sociétés à exprimer son désir de réaliser à Maurice un projet de culture du cannabis pour en extraire l’huile en vue de l’exportation. Le promoteur, Berth Milton, se dit prêt à se jeter à l’eau dans un court délai dans le cadre d’une autorisation obtenue aux termes des dispositions des articles 7 et 8 de la Dangerous Drugs Act 2000, législation qui encadre l’utilisation des drogues dures sur le territoire mauricien. Berth Milton se dit prêt à investir plus de $ 20 millions tous les deux ans.

Autant d’éléments qui pourraient expliquer l’intérêt de Go Life International pour ce marché lucratif.

«Étant une société engagée à fond sur le marché des produits nutraceutiques, les avantages que le marché du cannabis médicinal occasionne ne peuvent plus être ignorés», commentent les directeurs de Go Life International dans le dernier rapport financier.

«Go Life va se positionner stratégiquement pour être en mesure d’évoluer dans le secteur de la culture du cannabis et en ce faisant se prépare à se lancer dans la fabrication de produits médicinaux dérivés du cannabis innovateurs et appropriés», observent les directeurs.

Le projet de Go Life International a atteint un stade avancé à en croire les commentaires de ses directeurs. Ces derniers veulent inclure dans la gamme de produits que Go Life International offre déjà sur le marché des produits de soins, ceux qui sont dérivés du cannabis. Les prédispositions pour la culture du cannabis sont en bonne voie. Elle sera, selon toute probabilité, à la charge d’Aziza Healthcare, société basée en Afrique du Sud et qui est un prestataire dans le secteur des produits de soins de santé. À cette fin, Go Life s’est fixé pour objectif de faire l’acquisition de la majorité des actions d’Aziza Healthcare et dans ‘Choice Organics’, la filière de cette société spécialisée dans la culture du cannabis.

Le projet visant à prendre le contrôle d’Aziza Healthcare relève d’un positionnement stratégique. Explications des directeurs de Go Life.

«Les perspectives de conclure l’acquisition d’Aziza Healthcare place Go Life dans une position favorable pour initier sur le marché des méthodes innovantes dans le domaine de l’administration des produits médicinaux dérivés du cannabis.»

Et pourtant l’état de situation actuel de Go Life est plus que positif. Pour les neuf derniers mois se terminant au 30 novembre 2018, cette société a enregistré une hausse de 33,6 % de ses bénéfices opérationnels passant de $ 669 699 en novembre 2017 à $ 894 716 en novembre 2018. Les bénéfices nets après soustraction des obligations fiscales ont connu une hausse de 26,3 % passant de $ 552 119 en 2017 à $ 697 152 en 2018. Une hausse de 51,8 % a été notée au niveau des revenus. Le montant pour les neuf mois se terminant au 30 novembre passait de $ 1,6 million à $ 2,4 millions soit une hausse de $ 811 926.

Lors de la séance boursière de lundi, les titres de Go Life étaient offerts au cours inchangé de 2 cents. 3 500 titres de cette société ont été échangés pour un montant de $ 2 396,03 cents.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires