L'express leaks du dimanche 20 janvier au vendredi 25 janvier

Avec le soutien de

Des bruits de couloir, les derniers buzz ou les derniers scandales, l'express vous dévoile ici ce que les autres vous cachent.

 

N°2 de la fonction publique ?

Qui succédera au Senior Chief Executive Premhans Jhugroo comme Secretary for Public Service ? La course est ouverte pour trouver son successeur. Premhans Jhugroo a fait valoir ses droits à la retraite et il partira le mois prochain. À savoir que le Secretary for Public Service vient après le poste de Secretary to Cabinet. Premhans Jhugroo a occupé plusieurs postes à divers échelons, comme Secretary for Home Affairs. Avec un passage au service financier avant d’atterrir au ministère de la Fonction publique.

 

Goolamallee convoité

Le nom d’Abdallah Goolamallee figurait sur la liste des candidats du PTr-MMM aux élections de 2014 au n°3. Mais à la dernière minute, il a été remplacé par Shakeel Mohamed. Un peu plus de quatre ans après, il est très convoité. Ce jeune de 33 ans, qui est chargé de cours en communication pourrait être candidat du PTr au n°19. Le MSM serait lui aussi intéressé par Goolamallee.

 

Fabrice David pas candidat au n°1

L’espoir d’une investiture semble loin pour Fabrice David, fils de feu James Burty David. Sa première sortie publique le 6 janvier paraissait comme un lancement de campagne. Or, des cadres du parti l’ont informé qu’il ne sera pas candidat. La raison : les Rouges gardent les options ouvertes en cas d’alliance avec deux partis de l’opposition. Autre facteur : le temps qu’il faut passer à Maurice avant les élections, soit six mois. Fabrice David repart en France le 1er février. Par contre, il sera à Maurice pour aider lors de la campagne électorale.

 

«Lokal» leave

Absence remarquée des membres du gouvernement lors de la présentation du rapport «Lokal is beautiful» par le groupe MCB mercredi. Alors que tout le gratin du secteur privé avait répondu présent lors de la présentation de ce rapport qui souligne l’importance de l’industrie locale pour réduire les fuites économiques, d’aucuns se demandaient pourquoi aucun élu n’avait fait le déplacement sur une question d’une aussi grande importance. Pourtant, les invitations avaient bel et bien été envoyées…

 

Démission et retour

C’est le «talk of the town» au sein de cette collectivité locale. Fraîchement recrutée par la Local Government Service Commission, une jeune femme n’étant pas satisfaite de son poste avait soumis sa démission au chef exécutif. Quoique ce dernier ait ratifié sa décision et que la lettre ait été déposée aux ressources humaines, deux femmes sont intervenues auprès de l’administration pour que le document soit détruit. La démissionnaire aurait finalement eu un nouveau poste au détriment de ses collègues qui ont été transférés pour lui faire de la place.

 

Partisans insatisfaits

Le PMSD pourrait ne pas être le seul souci de l’Organisation du peuple de Rodrigues (OPR). Un mouvement de colère à l’intérieur même du parti gagne peu à peu ses partisans issus de la région 2, Maréchal, où ont été élus Roxana Collet et Jean-Noël Nemours. En effet, c’est la seule région de Rodrigues qui n’a pas eu de commissaire alors qu’ailleurs où l’OPR a pu faire élire ses membres, il y a eu des nominations. Après les élections du 12 février 2017, prétendent-ils, la direction du parti leur aurait promis un remaniement pour nommer Jean-Noël Nemours comme commissaire. L’impatience semble commencer à prendre le dessus.

 

Bodyguard voyageur

L’inclusion du garde du corps d’un ministre dans la délégation mauricienne participant au Pravasi Bharatya Divas fait jaser. Agissant comme le lien indéfectible entre son ministre et un lobby sectaire marathi, ce bodyguard s’est vu ainsi récompenser pour son travail visant à faire réélire son patron grâce aux votes de personnes d’un certain profil ethnique.

 

Informateur

Le PMO a été alerté cette semaine sur des abus allégués autour d’une licence d’opération allouée par la FSC à une société d’investissement britannique. Selon la lettre, la représentante mauricienne du groupe, qui est aussi l’épouse d’un ex-jockey international, aurait menti à la FSC au sujet de ses qualifications. Selon le mystérieux informateur qui a même annexé ses «preuves» du mensonge, la FSC aurait été au courant et a quand même octroyé la licence à la société.

 

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires