Issa Asgarally: «l’État n’est pas le premier acteur culturel»

Avec le soutien de

Décortiquer nos pratiques culturelles, identifier les industries culturelles émergentes. C’est le sujet de l’enquête que mène actuellement Issa Asgarally, auteur, docteur en linguistique, chargé de cours à l’Open University. Cette enquête bénéficie du soutien du National Arts Fund.

Prenez une période donnée. Qui organise le plus d’activités culturelles ? En dehors de la fête de l’Indépendance et de la République, «le ministère des Arts et de la culture est occupé par la célébration des fêtes religieuses». «Le premier acteur, sur la scène culturelle à Maurice, ce n’est pas l’État, mais le secteur privé.» Constat d’Issa Asgarally, auteur, docteur en linguistique, chargé de cours à l’Open University. Il dirige actuellement une enquête sur Les pratiques culturelles et les industries culturelles émergentes à Maurice.

Combien de fois aller voir une expo ? C’est l’une des pratiques passées à la loupe par l’enquête d’Issa Asgarally.

«Ce type d’enquête est fait régulièrement dans des pays où il y a un ministère de la Culture, comme en France. Notre modèle est français, celui d’André Malraux, et bien plus tard, celui de Jack Lang. Il n’en existe pas aux ÉtatsUnis, par exemple», précise Issa Asgarally. Qui dit enquête dit chiffres. «J’insiste : il ne faut pas rester vague, mais étayer à chaque fois.» Exemple : combien de personnes sont employées dans les librairies de l’île, se demande Issa Asgarally.

Combien de livres  imprimés et virtuels en anglais, français, d’autres langues, circulent ? Peut-on avoir une idée du chiffre d’affaires de ces librairies ? Comment font les artistes pour présenter leurs œuvres à l’étranger ? Combien d’expositions sont organisées, combien de chansons enregistrées, etc…

L’exercice est double : une partie des partici- pants répond de manière anonyme à un questionnaire. L’échantillon sera de 1000 participants, tous âges, tous genres, tous niveaux d’étude, professions, salaires confondus, à travers l’île. C’est le volet enquête quantitative.

La seconde partie est basée sur des entretiens individuels, en faisant le tour des acteurs culturels du secteur public et privé, dont les organisateurs de spectacles, les responsables de corps paraétatiques qui relèvent du ministère des Arts et de la culture. Sur le terrain, ceux qui distribuent et récoltent les questionnaires, ceux qui interrogent les participants, c’est une équipe d’étudiants ayant déjà obtenu leur diplôme de l’Open University.

«C’est un véritable état des lieux», affirme Issa Asgarally. «Il faudra ensuite suivre l’évolution de la situation». À raison d’une nouvelle enquête chaque dix ans. Se- lon lui, «nous aurions dû faire cet exercice depuis la création du ministère des Arts et de la culture en 1982». Dans le cas présent, l’exercice va déboucher sur un rapport, qui sera soumis, «en principe en mai 2019». Un livre suivra, possiblement en juin de cette année. Avec pour objectif premier la circulation des données pas toujours connues de tout le secteur.

Il y a 22 ANS. 70 % de mauriciens ne lisaient pas un livre par an 

En 1997, Issa Asgarally avait dirigé l’Étude pluridisciplinaire sur l’exclusion à Maurice. Elle contenait un volet consacré aux pratiques culturelles. Cette enquête avait livré un chiffre qui interpelle à plus d’un titre : 70 % des Mauriciens ne lisent pas un livre par an. Cette fois-ci, l’enquête est centrée sur les pratiques culturelles, «à la fois en amont, ceux qui écrivent, peignent, produisent une œuvre» et en aval, «je ne dirais pas les consommateurs, mais le public qui reçoit ces œuvres».

Qu’auriez-vous répondu ?

 Le questionnaire consacré à l’enquête quantitative fait une dizaine de pages. Parmi les questions posées:

- Quelle est la chaîne de télévision que vous regardez le plus ?

- En dehors des journaux, revues, magazines et livres scolaires des enfants, possède-t-on des livres dans votre foyer ?

- Quelle catégorie de livres lisez-vous le plus souvent ?

- Au cours des 12 derniers mois, combien de livres avez-vous lu environ, en tenant compte de vos lectures de vacances ? (On exclut les lectures professionnelles et les livres lus aux enfants).

- Quel est l’usage d’Internet que vous faites le plus souvent ?

- Quels sont les obstacles à aller plus souvent au concert/théâtre/ exposition/cinéma/ musée ?

- Quelle somme consacrez-vous d’habitude à vos pratiques culturelles (journaux &livres, concerts, films, expositions, musées, sites historiques, etc) ?

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires