Accident à Trois-Boutiques: Pavlavi venait de décrocher son SC

Avec le soutien de
Pavlavi avait une passion pour les beaux-arts et voulait devenir enseignante.

Pavlavi avait une passion pour les beaux-arts et voulait devenir enseignante.

Pavlavi Jhurry était sans doute promise à un bel avenir. Mais la vie en a décidé autrement. Cette jeune fille de 18 ans, qui a réussi aux examens de School Certifcate (SC), n’a pas survécu à ses blessures après un accident. Elle a rendu l’âme aux petites heures du matin, hier, samedi 19 janvier.

 
 

Le drame qui a coûté la vie à l’adolescente s’est produit le jeudi 17 janvier. Elle était à moto, avec son père, sur la route Royale d’Union-Vale, Trois-Boutiques. Tous deux revenaient de Plaine-Magnien. Mais le deux-roues a eu un ennui mécanique, le cale-pieds s’étant brisé avant de s’intercaler entre les rayons de la roue, ce qui a provoqué l’accident.

Tout s’est passé en une fraction de seconde, ne cesse de répéter Rishi Jhurry, rencontré à son domicile, hier. Le papa de Pavlavi ne s’explique pas comment l’accident a pu se produire. «Bondié inn donn mwa enn anz, zordi li’nn aras li ek nou», pleure cet habitant de Trois-Boutiques, âgé d’une quarantaine d’années.

Devenir Enseignante

Le jour de l’accident, soit le même la proclamation des résultats du SC, Pavlavi s’était réveillée tôt, comme à l’accoutumée, pour vérifier les siens en ligne. «Lakaz li pa ti pé kapav checké. Nou’nn eseyé, an vin. Ver 10h30, li’nn dir mwa nou al dan cybercafé, Plaine-Magnien. Laba li’nn kontan li’nn pasé. Li’nn gagn 5 credits…» Alors qu’ils étaient en route pour la maison, l’inévitable s’est produit…

Des témoins de l’accident se sont rués pour porter secours au papa et à la fille, projetés sur l’asphalte. «Ma fille a pu boire un peu d’eau avant de perdre connaissance. Elle a sombré dans le coma.»

Transportée à l’hôpital Nehru, Rose-Belle, Pavlavi a ensuite été transférée à l’hôpital Jeetoo, Port-Louis. Les médecins avaient prévenu ses parents : son état de santé était jugé critique. «Mé nou ti pé gard lespwar. Li ti enn extra bon tifi. Zamé nou pa’nn gagn problem ek li», renchérit sa maman, Lalita.

Pavlavi avait une passion pour les beaux-arts et avait décroché un diplôme en musique et langue orientale, délivré par le MGI. Elle voulait devenir enseignante…

Les funérailles de la jeune fille auront lieu aujourd’hui.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires