Santé: la lutte de Mayva Laurent pour son fils de deux ans

Avec le soutien de
Loïc Laurent souffre d’une forme rare d’épilepsie.

  Loïc Laurent souffre d’une forme rare d’épilepsie.  

Les sœurs siamoises ont remis sur le tapis le sujet des enfants inopérables à Maurice. Loïc Laurent, deux ans, est handicapé à 100 %. Il est atteint d’épilepsie, le syndrome de West, depuis qu’il a trois mois. Il doit se rendre à nouveau en France, ce dimanche, pour d’autres interventions chirurgicales. Il n’a jamais bénéficié du soutien de la Santé…

C’est un bien triste anniversaire qu’a fêté Loïc Laurent, 2 ans, hier. Cet enfant souffre, depuis ses trois mois et demi, du syndrome de West (ou spasmes infantiles, une forme rare d’épilepsie du nourrisson). Il vient de rentrer au pays après avoir passé presque un an à Nice en France où il a subi des opérations chirurgicales multiples. Sa mère, Mayva Laurent, explique qu’elle a dépensé des millions pour ces opérations, frais d’hébergement et billets d’avion y compris. Sans que l’État mauricien ne lui donne un sou comme aide.

Elle a eu une réunion avec des officiers du ministère de la Santé, mardi, à ce sujet. Ces derniers lui ont donné l’assurance que la sécurité sociale lui rembourserait les frais encourus. Toutefois, elle fait ressortir que l’on ne lui a pas expliqué quelles étaient les démarches à faire. Le garçonnet ne se développe pas comme un enfant normal. Il ne parle pas, ne peut se déplacer et ne s’alimente pas comme une personne ordinaire. «Il a subi une intervention au niveau de l’estomac. Dokter finn ferm so lestoma. Il a rattaché des tubes à son ventre directement. Parce que quand il buvait son lait, il le vomissait toujours», explique sa mère.

Toutefois en France, Loïc a pu bénéficier du soutien financier de l’État français, en partie. «Ce qui nous a soulagés un tout petit peu. Tout cela pour vous dire qu’à Maurice nous ne pouvons pas compter sur le ministère.» Mais les ennuis sont loin d’être terminés. Pour retourner à Maurice, la mère a dû s’acquitter de Rs 36 000 (800 euros) de plus pour que les équipements médicaux de son fils soient transportés de France par voie aérienne, le 26 novembre. «C’est une somme énorme. Maintenant nous entamons des démarches pour que nous puissions partir dimanche par Air France, ce qui sera beaucoup moins cher.»

Mère et fils séjourneront à Nice pendant trois mois à partir de dimanche. «Cela pourrait durer encore plus longtemps que prévu. Dépendant du traitement et comment Loïc réagira à cela.» Ce qui coûtera encore des millions. «C’est une situation vraiment difficile, surtout financièrement, pour réunir cet argent.»

Sollicité à ce sujet, hier, l’attaché de presse du ministère de la Santé a fait comprendre qu’il ne peut se prononcer sur cette affaire, étant occupé avec les dernières formalités pour le départ en Inde des sœurs siamoises. Du côté du ministère de la Sécurité sociale, nous n’avons eu aucun retour.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires