Sport local: une année riche en scandales !

Avec le soutien de
Poorun Bhollah est en tête du hit-parade des dirigeants sportifs ayant défrayé la chronique en 2018.

Poorun Bhollah est en tête du hit-parade des dirigeants sportifs ayant défrayé la chronique en 2018.

Si 2018 nous a offert de bien belles performances sportives, elle a également apporté son lot de scandales. Nombreux ont été les écarts de nos dirigeants sportifs.

La vague a débuté lors des Jeux du Commonwealth à Gold Coast en Australie en avril dernier. Celui qui avait le rôle important de Chef de mission, Kaysee Teeroovengadum, devait être accusé d’attouchements sexuels par la lanceuse de javelot Jessika Rosun. Après une tentative ratée des membres du Comité Olympique Mauricien (COM) de ne pas ébruiter l’affaire, elle devait se répandre comme une traînée de poudre. S’il a d’abord été maintenu au sein de la délégation mauricienne, Teeroovengadum devait ensuite être forcé à rentrer à Maurice. L’ancien secrétaire-général du COM est poursuivi devant une cour australienne et son affaire sera prise sur le fond dans les prochaines semaines. Depuis son éclatement, ce scandale a été largement répercuté dans la presse étrangère. Ce qui fait que l’image de Maurice a été écornée. Le rôle du COM est aussi à décrier dans la mesure où son président, connu pour être proche de Kaysee Teeroovengadum, a beaucoup tergiversé avant de prendre des sanctions.

Kaysee Teeroovengadum a fait la une des journaux lors des jeux du commonwealth.

Injures

Autre scandale intervenu lors de ce rendez-vous australien, le fameux vol de luminaires. L’ancien président de la Fédération mauricienne d’Haltérophilie (FMH), Poorun Bhollah, a été trouvé coupable dans cette affaire après enquête. On soulignera, ici, le manque de professionnalisme de Richard Papie qui faisait partie du comité mis sur pied par le COM en vue de faire la lumière sur cette affaire. Il n’a jamais été à la hauteur de la responsabilité qui lui a été confiée, ni ses assistants d’ailleurs. Pour refermer la page à scandales au pays des Kangourous, l’entraîneur d’athlétisme, Frankie Lebon, a été trouvé coupable de mauvaise conduite et a par la suite été traduit devant un comité disciplinaire et suspendu.

Pour en revenir à Poorun Bhollah, comme si l’affaire des luminaires volés ne suffisait pas, il s’est retrouvé empêtré dans d’autres situations embarrassantes. Il a, en effet, dû quitter son poste de président de la FMH vu qu’il contrevenait à une clause du Sports Act stipulant que ceux qui sont activement engagés en politique ne peuvent siéger au sein du comité directeur d’une fédération sportive.

Toujours concernant l’haltérophilie, son ex-président a manqué une belle occasion de se taire en injuriant à tout-va. Dans un enregistrement sonore, on l’entend vociférer toutes sortes d’injures à l’encontre du Directeur Technique National (DTN), Constantin Dabija, les athlètes et le ministère de la Jeunesse et des Sports. Il est d’ailleurs l’objet d’une enquête dans ce cas également. Son successeur à la présidence, Magarajen Moonien, s’est aussi retrouvé au sein d’une controverse. En effet, n’ayant pu prouver qu’il a été médaillé à une édition des championnats d’Afrique, il s’est résolu à rembourser les allocations réservées aux anciennes gloires qu’il a perçues pendant les treize derniers mois. Toutefois, le Trust Fund for Excellence in Sports (TFES) lui a donné jusqu’à ce mois-ci pour apporter d’autres éléments prouvant qu’il a bien décroché une médaille sur le continent africain afin qu’il puisse toucher de nouveau une allocation. La Fédération mauricienne d’haltérophilie est, du reste, au bord de l’éclatement avec un comité directeur illégitime.

Raj Gaya aurait détourné des fonds destinés à l’AMB.

Autre scandale retentissant, celui concernant l’ex-président de l’Association mauricienne de Badminton (AMB), Raj Gaya. Celui-ci a été banni à vie de toutes les instances du badminton par la fédération internationale. La Badminton World Federation (BWF) l’accuse d’avoir détourné des fonds destinés à l’AMB sur son compte bancaire personnel et de les avoir utilisés «à son profit». Celui qui a aussi occupé le poste de secrétaire-général de la Confédération africaine de Badminton a aussi écopé d’une amende de $ 50,000 (environ Rs 1 717 000). Même si l’ancien homme fort du badminton local a nié être coupable, l’image du pays a pris un rude coup avec cette affaire.

«Dirigeants malpropres»

Comment s’attarder sur les scandales à répétition sans écrire quelques lignes sur la Mauritius Football Association (MFA) ? Elle nous aura tout servi en 2018 à l’instar de son Assemblée général élective qui n’était pas conforme aux règlements du Registrar of Associations et à laquelle plusieurs comités régionaux n’ont pas eu le droit de participer. On retiendra également cette rixe au sein même de la fédération et qui a opposé un sélectionneur à un responsable du département du transport, reconnu coupable dans le passé de meurtre et de complicité de vol. Cette affaire a très vite été étouffée même si un Taser, arme interdite à Maurice, a été utilisé lors de l’incident.

Le rapport financier de la MFA suscite également beaucoup d’interrogations. Il y est indiqué qu’une somme de Rs 2 301 994 a été dépensée pour le développement du football féminin et l’organisation de plusieurs compétitions destinées aux filles sur la période se terminant au 30 juin 2018. Or, le football féminin a ‘cessé d’exister’ à Maurice depuis septembre 2017 et un déplacement éclair dans le cadre du COSAFA Women Championship !

Le président du Comité Olympique Mauricien (COM), Philippe Hao Thyn Voon, a récemment déclaré que le sport mauricien «n’était pas malpropre mais qu’une poignée de dirigeants étaient malpropres». Il va encore plus loin en suggérant que des critères soient imposés à tous ceux qui veulent devenir membres d’une fédération. Il se demande même s’il n’est pas temps d’exiger qu’ils produisent un certificat de moralité. C’est une bonne chose que PHTV réalise la gravité de la situation. En espérant que cela ne soit pas uniquement de belles paroles lancées pour la galerie !

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires