Chili: une explosion à un arrêt de bus de la capitale fait 5 blessés

Avec le soutien de

Une explosion vendredi à un arrêt de bus dans le centre de la capitale du Chili a fait au moins cinq blessés, ont annoncé les autorités qui ont évoqué un acte «terroriste».

«Un engin a explosé et a fait cinq blessés, leur pronostic vital n’est pas engagé», a déclaré à la presse la gouverneure de la région de Santiago, Karla Rubilar.

Un groupe baptisé «Individualistas tendientes a lo salvaje» (Individualistes tendance sauvage) a revendiqué l’attaque sur un site internet. Il y a deux ans, ce même groupe avait prétendu être à l’origine d’une attaque visant le président de l’entreprise publique de cuivre, Codelco. Ce dernier avait été blessé par un colis explosif envoyé par la poste à son domicile.

Le ministre de l’Intérieur, Andrés Chadwick, a indiqué que l’authenticité de cette revendication était en train d’être vérifiée. Il a également dit avoir demandé à la justice d’ouvrir une enquête pour «crime terroriste».

L’explosion est intervenue à la mi-journée dans un quartier très fréquenté, avec de nombreux magasins et un hôpital à proximité.

«J’ai vu une sorte d’enveloppe qui ressemblait à une chemise avec des documents dans un sac. Je l’ai pris et j’ai dit à ma femme que s’il s’agissait de documents, il fallait voir s’il y avait des informations pour les rendre à leur propriétaire, un numéro de téléphone ou autre, et quand j’ai essayé de manipuler les documents, cela a explosé », a expliqué à une chaîne de télévision locale, un ressortissant vénézuélien.

Ce dernier, qui figure parmi les victimes avec son épouse, a été blessé au visage. Sa femme, qui présentait les blessures les plus graves, a été opérée d’urgence pour retirer un éclat de métal à la jambe. Les trois autres personnes ont été plus légèrement touchées.

La détonation a été entendue à plusieurs centaines de mètres à la ronde, selon la police.

«Non seulement nous condamnons catégoriquement les attentats à l’explosif survenus à Santiago mais nous avons déposé une plainte en vertu de la loi antiterroriste contre les responsables et nous enquêterons jusqu’au bout. La violence ne sera jamais une voie de dialogue», a déclaré le président chilien Sebastian Piñera sur Twitter.

«Il s’agit d’un fait très grave», a pour sa part déclaré à la presse le ministre de l’Intérieur, après avoir rendu visite aux blessés.

«J’ai entendu un bruit très fort, j’ai pensé que c’était une collision (entre voitures)», a déclaré Esmeralda Bastias, un des témoins de l’explosion à la chaîne CNN Chile.

Les forces de l’ordre ont établi un périmètre de sécurité pour passer la zone au peigne fin.

«Il s’agit d’un engin explosif de fabrication artisanale, cela est confirmé», a précisé la procureure en charge de l’enquête, Claudia Cañas.

Cet événement intervient quatre ans après deux explosions dans une station de métro du quartier chic de Las Condes, qui avaient fait 14 blessés. Ces attentats, revendiqués par un groupe anarchiste, étaient les plus importants depuis le retour de la démocratie au Chili en 1990.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires