Chris Martial: «Je n’ai jamais eu foi en Mourinho…»

Avec le soutien de

À peine le «Special One» a tourné les talons, qu’Ole Gunnar Solskjaer a endossé le costume le manager de MU à la perfection. Du coup, les supporters reprennent espoir beaucoup plus vite que prévu, à l’instar de notre interlocuteur.

Vous étiez l’un des seuls à ne pas croire en Jose Mourinho dès son arrivée à Man Utd. Pourquoi ?
Pourquoi je n’ai jamais cru en lui… Aussi bizarre que cela puisse paraître, ça remonte à 2004…Mourinho, alors entraîneur à Porto, vient arracher un nul à Old Trafford, qui nous élimine des quarts de la Ligue des champions. Le gars avait célébré le but de Costinha comme un malade, presque sous le nez de Sir Alex. J’avais trouvé que c’était un manque de respect. Quelque temps plus tard, il arrive à Chelsea et dit : «I will finish Manchester United.» Comment faire confiance à un tel gars ? Et puis, on connaît ses frasques au Real, à l’Inter, à Chelsea aussi, où il a eu le chic de se mettre à dos son vestiaire et ses meilleurs joueurs à chaque fois. À United, Sir Alex et les autres disaient toujours : «no-one is bigger than this club». L’égo de Mourinho était si grand qu’il se voyait supplanter le club ! Voilà pourquoi je n’ai jamais eu foi en lui.

Comment expliquez-vous ce fameux syndrome de la 3e saison de Mourinho ?
Facile. Mourinho a toujours su cacher son jeu par rapport à sa vraie personnalité la première et deuxième saison. Une sorte de Dr Jeckyll et Mister Hyde du foot, quoi. D’ailleurs, en remportant des trophées les deux premières saisons, ça aide aussi à jeter de la poudre aux yeux du board, des fans… Mais la troisième saison, le naturel de Mourinho, c’est-à-dire son arrogance et sa personnalité écrasantes reprennent le dessus. Et c’est normal que ça finit par clasher. Que ce soit avec Pogba, avec Valencia à United, à Chelsea avec Hazard et les autres ténors du vestiaire. Même chose à l’Inter… Mais comme tout entraîneur rusé,il avait ses chouchous dans chacun des vestiaires où il a semé la zizanie. Mais à la longue, il a perdu même ceux-là…

Vous aimeriez qui pour redorer le blason mancunien ?
Alors, je pense que pour redorer le blason du club, il faudrait quelqu’un de la maison. Du reste, faire venir Ole Gunnar Solskjaer et Mike Phelan vont dans ce sens. J’y vois la patte de Sir Alex. Je pensais à lui, Laurent Blanc ou Gary Neville dans un premier temps. Mais personnellement, je verrais bien Diego Simeone prendre la barre un jour. Ou Zizou, pourquoi pas ? Mais pour le moment, l’heure est à la reconstruction de l’équipe première. Tout ça alors qu’un autre ancien, Nicky Butt, est en train de très bien faire avec les joueurs de l’académie. Pour moi, la solution viendrait des enfants du terroir. Car ce sont eux qui connaissent la culture du club mieux que qui-conque et qui pourraient refaire Manchester United jouer “the United way”…

Votre avis sur les débuts de Solskjaer ?
Ole a libéré les joueurs. On n’avait pas marqué cinq buts depuis le dernier match de Sir Alex contre West Brom ! Bon c’est vrai qu’il y avait Cardiff en face. Mais la dernière fois qu’on y est allé, on avait fait 2-2 là-bas. Et Cardiff restait sur une bonne dynamique de victoires à la maison. Voir les joueurs et l’entraîneur sourire, ça veut tout dire ! On a vu des joueurs qui avaient envie de jouer, qui avaient la permission de permuter, de sortir de leur zone, on a vu Jones et Lindeloef monter balle aux pieds… Autant de choses qu’on n’avait pas vu sous Mourinho !

Quel avenir pour votre «cousin Martial ?
Antony Martial a de l’avenir à United et il le sait. Mourinho ne lui a pas assez fait confiance, tandis qu’Ole lui a montré sa confiance en le mettant dans l’équipe pour son premier match ! Antony, Paul Pogba et tous les autres ont besoin de sentir qu’ils sont soutenus. Un «well done» de temps à autre ne peut leur faire de mal. À l’opposé, Mourinho critiquait ouvertement ses joueurs dans la presse. Imaginez-vous, ni Martial, ni Pogba, ni Shaw n’ont joué contre Liverpool ! Du sabotage délibéré, pourrait-on dire… Avec le nouveau régime à Old Trafford, je vois le cousin rester, ainsi que Pogba. N’oublions pas non plus que ce dernier a joué sous les ordres d’Ole quand celui-ci était le manager des réserves. Donc, nous avons tous les atouts pour réussir.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires