Il y 27 ans, le syndicat des dockers PLHDWU fête ses 20 ans

Avec le soutien de
Moogesh Veerabadren, président de la PLHDWU au moment des célébrations.

Moogesh Veerabadren, président de la PLHDWU au moment des célébrations.

Les journaux du 24 décembre 1991 rendent compte des célébrations marquant les 20 ans de la Port-Louis Harbour and Dockers Workers' Union. À l'occasion une messe est dite â l'église de Saint-Jean , Quatre-Bornes.

Outre, des travailleurs du port, dont le président du syndicat, Moogesh Veerabadren, plusieurs personnalités assistent à la cérémonie religieuse. Parmi, le ministre des Affaires étrangères, Paul Bérenger, ancien négociateur de la PLHDWU, Dharmanand Fokeer, le ministre du Travail et des relations industrielles, aussi Président du Mouvement Militant Mauricien, et Jérôme Boulle, Lord Maire de Port-Louis et Deputy Speaker.

C'est le père Henri Souchon, curé de la paroisse de l'Immaculée conception à Port-Louis, et proche des employés du secteur portuaire qui est le célébrant de la cérémonie. Dans son homélie, il regrette la perte de dynamisme du mouvement ouvrier. " Le syndicalisme à bien besoin d'un lifting", lance-t-il.

Le prêtre affirme qu'il accueille la modernisation du port, mais rappelle que cela ne devrait pas se faire au détriment de travailleurs. Il rend aussi hommage à Emmanuel Anquetil, illustre syndicaliste mauricien.

Dans son allocution, Moogesh Veerabadren rappelle que la PLHDWU fondée en octobre 1971 par Aurélie Perinne, Rex Allaghen et d’autres travailleurs avait été enregistrée le 23 décembre de la même année.

Après la messe, a lieu un dépôt de gerbes sur la tombe d'Emmanuel Anquetil, remise en état par les soins de la PLHDWU. Dévoilant une plaque commémorative, Paul Bérenger souligne la contribution d'Anquetil à l'avancement de la lutte syndicale.

Avec d'autres syndicats, la PLHDWU a été, dans les années 70, le fer de lance de la lutte ouvrière. C'est au sein de cette structure que Paul Bérenger à débuté sa carrière de négociateur syndical.

La PLHDWU a pendant longtemps été un pilier de la puissante General Workers Federation (GWF). La centrale syndicale était, elle-même, d'un important soutien au Mouvement Militant Mauricien.

Les travailleurs mauriciens doivent une fière chandelle aux membres de la la PLHDWU. C'est à la suite de leurs actions et mobilisation que prit fin, sur recommandation du juge Droopnath Ramphul, le gel des salaires imposé, en 1970, par le gouvernement de coalition PTr-PMSD, dirigé par Sir Seewoosagur Ramgoolam et Gaëtan Duval.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires