Tourisme: l’accès aérien, la clé des flops et des tops

Avec le soutien de
L’introduction de Saudi Airlines en septembre 2017 a permis de booster les arrivées des Saoudiens.

  L’introduction de Saudi Airlines en septembre 2017 a permis de booster les arrivées des Saoudiens.  

Tout n’a pas été rose pour le secteur touristique cette année. Si les principaux marchés comme la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Afrique du Sud et l’Inde ont enregistré une hausse des arrivées, d’autres, qui figurent aussi  au Top 10 ont accusé une baisse non négligeable. Il s’agit de La Réunion et de la Chine.

L’heure est au bilan pour le secteur touristique. Maurice a accueilli 123 797 cousins réunionnais de janvier à novembre cette année contre 130 173 arrivées durant la même période en 2017. Concernant la Chine, 63 410 visiteurs ont foulé le sol mauricien contre 70 339 l’année précédente.

 De son côté, la Russie, qui ne figure pas certes parmi les dix premiers du tableau, mais qui est un réservoir de visiteurs qui voyagent en classe affaires, ne parvient toujours pas à décoller. Leur nombre reste en baisse avec 8 892 touristes en comparaison aux 9 499, chiffre déjà en recul depuis ces trois dernières années.

En revanche, le bureau national des statistiques confirme le boost de l’Arabie saoudite. Les arrivées touristiques de ce pays ont plus que triplé. De 4 808 visiteurs enregistrés de janvier à novembre 2017, le nombre est passé à 15 394 durant la même période cette année. Ce qui a fait gagner 14 places à ce pays, qui se hisse à la 12e position au classement.

Arvind Bundhun, directeur de la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA) que nous avons interrogé, hier, explique ces différentes tendances. D’abord, concernant l’île soeur, il soutient que la concurrence de la France métropolitaine et celle d’Air Austral ont beaucoup affecté Maurice.

«Avec French Bee, la France a proposé des tarifs alléchants. Sur un billet de 500 euros, le Réunionnais ne paie que 50 euros et le reste est subventionné par l’État français en raison de la continuité territoriale. Une fois à Paris, bon nombre partent au Maghreb qui est une destination moins coûteuse pour eux.» Il faut ajouter à cela les dessertes d’Air Austral sur l’Asie, plus précisément la Thaïlande et le sud de l’Inde, qui ont aussi impacté négativement le marché réunionnais à Maurice.

Que fait la MTPA pour booster les arrivées sur ce marché ? La solution, pour le moment, rétorque Arvind Bundhun, est de renouveler avec la campagne des tarifs promotionnels. Après le succès de la campagne I Love Maurice, qui, sur une quarantaine de jours, a attiré 1 953 cousins, l’autorité répétera l’exercice de concert avec les partenaires de l’industrie du 5 au 24 janvier.

Taxes et géopolitique

Aux Réunionnais qui se plaignent de la cherté du billet d’avion pour moins de 30 minutes de voyage entre les deux îles, le n°1 de la MTPA, montre du doigt les 90 euros de taxes sur un billet de 300 euros. Par rapport à la Chine, un autre marché en chute libre, notre interlocuteur fait valoir que la situation géopolitique couplée à la dépréciation du renminbi vis-à-vis du dollar n’a pas été favorable à Maurice.

Pourtant, dans la région, avec plus de 120 000 arrivées de la Chine au compteur, les Maldives continuent de séduire les touristes de l’Empire du Milieu, avonsnous fait ressortir à Arvind Bundhun. Le directeur de la MTPA avance que ce marché est en hausse là-bas en raison de l’accès aérien. «Vingt et un vols de Shanghai atterrissent aux Maldives chaque semaine contre cinq chez nous. Puis, il ne faut pas oublier que quand le marché chinois était en plein boom ici, l’État était en train de subventionner les vols. Par ailleurs, le retrait de China Southern Airlines a aussi occasionné une baisse.»

Quel plan d’action, donc ? «Nous sommes en négociation avec Air Mauritius pour un second vol sur Shanghai afin de booster les périodes festives en Chine comme la fête du Printemps et la Golden Week.» Ce, en sus des actions communes avec les autres partenaires du secteur, dont une campagne numérique, étant donné que le marché chinois est très réactif sur Internet.

En ce qui concerne la Russie, le directeur de la MTPA concède que le «gros problème demeure l’accessibilité en l’absence de vol direct». De ce fait, l’autorité en charge de la promotion du pays à l’étranger ne peut que travailler avec Emirates et Turkish Airlines, pour capter ce marché car les Russes transitent par les hubs d’Istanbul et de Dubaï pour venir. Et aussi miser sur la promotion du kitesurf dont sont friands ces touristes, qui comptent beaucoup de VIP.

Quid de l’Arabie saoudite ? Toujours selon Arvind Bundhun, «c’est la progression la plus conséquente cette année depuis l’introduction du vol direct, accompagnée d’une campagne de visibilité à Riyad, Jeddah entre autres».

Une campagne de promotion qui, dit-il, sera réitérée cette année lors du Riyad Fair du 7 au 19 mars, suivie d’une semaine mauricienne dans trois villes saoudiennes.

Maurice vue par 7,3 millions de téléspectateurs

Le déplacement des 30 prétendantes de Miss France à Maurice cette année est une aubaine pour le tourisme mauricien. L’émission «50 minutes Inside» sur TF1 a fait la part belle à la destination. Selon la chaîne, la 89e édition de la finale de Miss France samedi a attiré 7,3 millions de téléspectateurs, soit un peu moins que l’année dernière (7,4 millions) mais avec un pic à 8,9 millions de téléspectateurs lors du couronnement, soit plus qu’en 2017.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires