L'express leaks du dimanche 9 décembre au vendredi 14 décembre

Avec le soutien de

Des bruits de couloir, les derniers buzz ou les derniers scandales, l'express vous dévoile ici ce que les autres vous cachent.

Un CID tout permis

Un agent de la Criminal Investigation Division s’est cru tout permis lors d’une soirée organisée à GrosCailloux. Il s’est mis à faire des remarques à des femmes en lançant qu’on ne peut rien contre lui car il est policier. Il montrait même sa carte.

 

Papa piti à la MBC

Les agissements de ce duo père et fils à la MBC intriguent. Ils sont tous deux affectés à l’émission «etc» depuis que le fils a été éjecté du «News Department», faute de compétences, dit-on. Il est responsable directement envers son père, qui s’est illustré dans le passé dans une affaire de faux diplômes. Certains se demandent aussi comment se fait-il qu’après avoir été un des hommes du clan Callikan, il bénéficie maintenant des faveurs de l’actuel management. D’autant qu’il accumule les frasques. Il a fait parler de lui en tant que chef de délégation lors d’un tournoi sportif récemment.

 

Absence de communication

Fraîchement nommé, le CEO d’une institution financière, récemment au centre de controverses, a décidé de changer de style de gestion. Il a carrément mis fin à la pratique instituée par son prédécesseur qui demandait que des courriels des clients ou de son personnel lui soient directement envoyés. À la place, il a demandé à ce que les services «Corporate» de l’institution prennent le relais. Une décision qui a choqué plus d’un à un moment où cette société multiplie les innovations pour se rapprocher de ses clients.

 

Un manager mis à la porte

Un manager, proche d’un ancien ministre, qui était jusqu’à tout récemment affecté dans une agence de télécommunication, a été mis à la porte. Une enquête interne a montré qu’il utilisait des «freelancers» pour agir comme des agents afin de vendre des appareils pouvant émettre plusieurs chaînes de télévision, à son profit.

 

Allô ! Y a personne

Il persiste dans la récidive ! Cet attaché de presse joue plus souvent aux abonnés absents que présents. Cette semaine, il n’a pas répondu à nos nombreux e-mails ou appels téléphoniques. Le plus grave, c’est que les questions qui lui sont adressées sont d’intérêt public car il y va de la santé des citoyens. Mais il continue à raccrocher dès la première sonnerie. Sauf si c’est la radio qui l’appelle. Et dire qu’il est payé avec l’argent des contribuables…

 

Non à la pub sur les barricades

Les barricades bleues installées pour les travaux du Metro Express ne seraient pas esthétiques et au goût de certains dans les milieux du projet. Des recommandations ont été faites pour qu’elles soient complètement recouvertes d’affiches publicitaires comme dans les métropoles. Cependant, cette requête n’a pas été approuvée par les autorités car cela pourrait causer un danger pour les usagers de la route, qui pourraient se laisser distraire par le contenu de ces publicités.

 

Aapravasi what?

Pourquoi veut-on faire partir cette universitaire qui a travaillé plus de 14 ans pour l’Aapravasi Ghat ? C’est la question que se posent les employés du musée. Celle qui est très appréciée de ses collègues a accompli nombre de tâches pour l’Aapravasi Ghat. Mais l’administration ne la voit plus d’un bon œil et veut mettre fin à son contrat. Ferait-elle obstruction à l’ingérence ?

 

La fulgurante ascension de barbie

De simple secrétaire administrative, jusqu’à tout récemment «Officer», celle qu’on prénomme Barbie a été propulsée en tant que «Project Officer» au sein d’un organisme de l’État. Si un appel à candidatures a bel et bien été lancé pour ce poste, ce recrutement ferait jaser. Les mauvaises langues diront qu’il a été taillé sur mesure (comme il semble que ce soit le cas pour les autres recrutements) pour faciliter l’embauche de cette jeune femme, fille d’un ancien lord-maire. Méritocratie ou népotisme ? De plus, on lui imputerait une trop grande proximité avec son CEO, étant présente à chaque réunion, même dans celles où elle ne serait pas invitée. Ironie : cet organisme recrute 200 employés. Pour certains, les jobs auraient déjà été offerts aux ti copain(ine)s. L’appel à candidatures ne serait qu’un «eyewash».

Communicant peu diplomate

Comment se fait-il qu’en deux mois, ce Communication Manager ait pu avoir des ailes? C’est la question que se posent ses collègues. Non seulement il donnerait des ordres à tout bout de champ, mais il exigerait aussi d’un ton autoritaire qu’ils soient exécutés selon ses directives. Dans cet organisme, l’on affirme qu’il serait trop influencé par sa hiérarchie à cause de son manque de diplomatie. Serait-ce en raison de son arrogance que son contrat n’a pas été renouvelé à son précédent job au sein d’un organisme parapublic ?

 

Un diary ou un livre

De l’Estrac remettait deux ou trois livres à ses proches mais n’avait pas prévu d’exemplaire pour son épouse Solange. Alors que des membres de l’audience criaient : “Pa blye Solange”, celle-ci a tout de suite détendu l’atmosphère en sortant la blague suivante : “Mwa mo pa gagn liv, mo gagn diary !” en référence au fameux diary de Solange.

 

Protocole français

Navin Ramgoolam était non seulement aux premières loges lors du même lancement mais il était particulièrement gâté par les orateurs qui se sont référés à lui comme «Monsieur le Premier ministre», évoquant le protocole français. Ce qui ne lui a pas déplu, d’autant que plus d’un se bousculaient pour le saluer ou pour être vu à ses côtés.

 

Amis ou ennemis

Barlen Vyapooree a bien commencé son discours, lors du lancement du dernier livre de de l’Estrac cette semaine, à Ébène, en disant qu’il a beaucoup aimé et pensé sur la contradiction dans le titre : « Jugnauth-Bérenger, Ennemis Intimes ». Mais il s’est emmêlé les pinceaux à la fin de son discours en disant, Jugnauth et Berenger, «amis intimes» au lieu d’ennemis intimes. En raison du contexte politique, la salle a alors éclaté de rire.

 

Tuyau-Lee Shim : liens sacrés

Alors que d’aucuns s’offusquent de la présence de l’ASP Hector Tuyau lors de la fête marquant les 10 ans de SMS Pariaz, compagnie gérée par Michel Lee Shim, le haut gradé fait ressortir qu’il n’a jamais caché les liens entre Lee Shim et lui. Ce qui lui a valu quelques ennuis dans le passé. Un Senior Barrister avec qui il a croisé le fer serait derrière une campagne pour salir Tuyau et a trouvé en Lee Shim le parfait cheval de cette course visant à désarçonner Tuyau.

 

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires