Commission drogue: un petit tour et puis s’en va pour Raouf Gulbul à l’ICAC

Avec le soutien de
Raouf Gulbul a été autorisé à s’en aller ce mercredi 12 décembre.

Raouf Gulbul a été autorisé à s’en aller ce mercredi 12 décembre.

Sa convocation était annoncée comme imminente depuis que la Task Force sur le rapport de la Commission drogue a été institué. Ce mercredi 12 décembre, l’avocat Raouf Gulbul a été entendu par les enquêteurs au siège de l’Independent Commission against Corruption (ICAC). 

Un passage éclair, l’ancien Chairman de la Gambling Regulatory Authority ayant été autorisé à partir vers 10 h 55. Il était arrivé à l’ICAC aux alentours de 9 h 30. 

L’avocat a été acculé par les révélations de son neveu Riaz Gulbul ainsi que par celles des avocats Ashley Hurhangee et Samad Golamaully. À la police, le 17 octobre, Riaz Gulbul avait confirmé les allégations faites contre son oncle devant la Commission d’enquête sur la drogue, en novembre 2017. L’ancien clerc de Raouf Gulbul a ainsi maintenu sa version de faits sur les pratiques douteuses du Senior Counsel, qui compte parmi ses clients plusieurs trafiquants de drogue, dont Peroomal Veeren.

Il avait aussi abordé le cas de Parwiza Jeeva, qui purge une peine de 16 ans de prison pour importation d’héroïne. Il est revenu à la charge, «preuves» à l’appui, pour démontrer que c’est à la demande de l’homme de loi qu’il a rendu visite à Parwiza Jeeva pour lui dire ne pas incriminer le caïd Peroomal Veeren auprès des enquêteurs de l’Anti-Drug and Smuggling Unit suivant son arrestation en 2005. 

Riaz Gulbul avait aussi remis aux autorités une copie de l’enregistrement sur la proposition de Rs 300 000 pour «parler en faveur de Raouf Gulbul» devant la commission drogue. 

Publicité
Publicité

Le rapport de la commission d’enquête sur la drogue a été rendu public vendredi 27 juillet. Et les répercussions sont nombreuses. Le barreau notamment y est mis à mal ; les noms de plusieurs avocats, dont Me Raouf Gulbul, sont cités, la commission Lam Shang Leen recommandant des enquêtes approfondies. Le gouvernement n’est pas non plus sorti indemne. Cités dans le rapport, la ministre Roubina Jadoo-Jaunbocus et le Deputy Speaker Sanjeev Teeluckdharry ont dû «step down». Diverses institutions sont également montrées du doigt.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires