L'express leaks du dimanche 2 décembre au vendredi 7 décembre

Avec le soutien de

Des bruits de couloir, les derniers buzz ou les derniers scandales, l'express vous dévoile ici ce que les autres vous cachent.

«Les Stewards ne servent pas que du jus»

À la suite de notre confidentiel de la semaine dernière, qui s’intitulait «Ken : De Steward à VIP», des membres de l’Air Mauritius Cabin Crew Association, par le truchement de leur président, Darren Pyndiah, se disent «profondément blessés» par les propos selon lesquels «Ken Arian simple Steward qui servait du jus en classe économie…». L’association tient à faire ressortir que «le métier de Steward ou d’hôtesse de l’air ne se résume pas à servir du jus en classe économie». Bien évidemment que les ex-collègues de Ken Arian font bien d’autres tâches que de servir du jus ou du champagne. Mais leurs billets d’avion entre l’Angleterre et les States coûtent-ils Rs 800 000 des fonds publics ?

Projets exemptés de l’EIA

Cela est passé inaperçu. Un amendement à l’«Environment Protection Act» permet aux projets publics ainsi que celui de Metro Express de faire du concassage sans avoir besoin d’un «Environment Impact Assessment» (EIA). Cela, pour des besoins «temporaires».

Jamais sans «My team»

Vous connaissez le bouquin «Jamais sans ma fille», mais pas jamais sans mon équipe. Évidemment, ce n’est pas le titre d’un roman mais c’est ce qui se passe à chaque sortie de ce CEO d’un organisme parapublic. Il ne se déplace jamais sans sa troupe. S’il était le «key speaker» lors d’une soirée, il y a quelques jours, c’est accompagné d’une dizaine d’employés qu’il a débarqué. Si certains ont apprécié la présentation de ce CEO, ils étaient nombreux les professionnels de l’assistance à n’avoir pas été impressionnés. Ils avouent être restés sur leur faim.

Après la mort, la tisane

Ils n’ont pas de transport. C’est ce qu’affirment des policiers affectés au poste de police de Grand-Baie. Et des victimes d’une agression en ont fait les frais. Elles ont dû poireauter en attendant l’arrivée de policiers après leur agression avant d’être transportées à l’hôpital. Quand ils sont arrivés, tout était calme et les agresseurs avaient déjà tout démoli sur leur passage. Les victimes avancent que l’incident aurait pu être évité car elles ont appelé à maintes reprises les policiers pour intervenir.

Relations douteuses entre la TEC et l’UTM

Des officiers des deux institutions viennent de découvrir une situation qu’ils ne comprennent pas. Après les frasques de l’ancienne directrice de l’Université de Technologie (UTM) qui lui a valu le non-renouvellement de son contrat, voilà qu’un autre haut cadre de cette institution tertiaire fait parler de lui. Le monsieur, dit-on, qui n’a aucune expérience dans l’enseignement tertiaire bénéficie d’un voyage aux États-Unis, tous frais encourus par l’État. À son retour à Maurice, il se fait véhiculer de l’aéroport non pas par l’UTM mais par la Tertiary Education Commission (TEC), l’instance régulatrice de l’éducation tertiaire. On se demande alors s’il n’y aurait pas là un cas de conflit d’intérêts ? Voilà une autre enquête sur laquelle la TEC devrait se pencher.

Il n’aura pas fait long feu

Il ne sera pas finalement titularisé au poste de CEO de cette organisation financière de l’État. Nommé en octobre 2017 pour assurer l’intérim, en remplacement du CEO, il n’aura pas fait long feu à ce poste. Selon nos renseignements, il n’aurait pas eu la tâche facile face à un conseil d’administration dont les directeurs sont pratiquement tous des nominés politiques. Nommément l’actuel «Chairman» d’une importante institution bancaire et un conseiller au bureau du Premier ministre. Résultat des courses : il a eu un rôle effacé depuis plus d’une année à la tête de cette société dont la visibilité physique laisse beaucoup à désirer.

Flic en vadrouille

Un caporal affecté à Montagne-Blanche fait la pluie et le beau temps. Après avoir signé sa présence le matin sans uniforme, il disparaît pendant une bonne partie de la journée. Ses collègues, ayant enquêté discrètement, ont découvert qu’il donne des cours de conduite quand il ne fait pas des vidéos lors des mariages. Cependant, personne n’ose le rapporter car c’est un proche d’un ministre et de son conseiller.

L’ICAC s’arme contre Neptune

Après l’agression de quatre officiers de l’ICAC qui voulaient, le mois dernier, interpeller Marc Hansley Neptune (qui avait foncé son JCB sur eux avant de s’enfuir), la commission anticorruption n’a voulu prendre aucun risque, jeudi dernier, pour une nouvelle descente des lieux à Résidence Kennedy. Outre l’hélicoptère de la police, la SSU et des commandos spéciaux ont été appelés pour protéger les officiers de l’ICAC. Ce qui provoque des commentaires aux Casernes centrales : «Tou sa kas pey ICAC-la, la osi zot pa kapav asir zot prop sékirité!»

Comité d’accueil

Des fonctionnaires basés à Agalega avaient eu des instructions bien précises. Ils devaient convaincre les habitants de l’archipel à se rendre à La Fourche, lieu de débarquement, pour accueillir en grande pompe les cadres de l’Outer Island Development Corporation. Mais les habitants n’ont pas apprécié cette démarche. S’ils s’y sont rendus, c’était davantage par curiosité que par obligation professionnelle.

Retour au Sun Trust

Prakash Maunthrooa aurait confié à ses proches qu’il n’agirait plus comme «Senior Adviser» au PMO à partir de l’année prochaine. La raison, c’est qu’il ferait l’objet de trop de questions parlementaires de la part de l’opposition et de certains au sein même de son parti. Il ferait son come-back au Sun Trust et serait ainsi libre de s’adonner pleinement à ses activités politiques, d’autant qu’il envisage d’être candidat soit au n°6 ou au n°7 aux prochaines élections générales.

Dass déloge Ameenah

L’ancienne présidente de la République avait l’air amusée, cette semaine, à son arrivée à la commission d’enquête. Aux photographes et journalistes, elle a fait remarquer que la vedette, pour une fois, n’était pas elle, mais Dass Appadu, qui l’avait précédée dans la salle d’audience. Ce dernier a, du reste, passé un sale quart d’heure face au juge Caunhye. L’ancienne présidente et le haut fonctionnaire, hier très proches, ne se sont pas échangé le moindre regard.

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires