Le combat de Sandra, mère célibataire et travailleuse du sexe, pour se loger

Avec le soutien de
Sandra, 37 ans, est mère de trois enfants.

  Sandra, 37 ans, est mère de trois enfants.

Une célibataire, qui cherche un logement à Maurice, a beaucoup de mal à en trouver. Cette difficulté est décuplée lorsqu’on est mère célibataire et travailleuse du sexe de surcroît. C’est le cas de Sandra, qui est obligée de subir les mesquineries de sa propriétaire. 

Sandra, 37 ans, fréquente régulièrement l’organisation non gouvernementale Parapli Rouz, qui milite contre la violence envers les travailleuses du sexe. Ses rencontres avec les membres de cette organisation l’aident à s’épancher, à dire ce qu’elle a sur le cœur. Et Dieu sait qu’elle en a. «Tou inn difisil. Ziska zordi li difisil. Mé nou konbat ek nou pé sirmonté», déclare Sandra dans un gros soupir. 

Elle est issue d’une famille de cinq enfants, abandonnée par leur géniteur, qui ne s’est même pas donné la peine de déclarer ses enfants à l’État civil. Sa mère, employée d’usine, cumulait les heures supplémentaires pour nourrir ses enfants et les scolariser. Sandra aime l’école et termine son cycle primaire et entame même son secondaire. Du moins jusqu’en Form III. 

«Finansierman li ti difisil. Sa lépok-la, ki li bann liv ou iniform, ou ti bizin asté. Zordi ler ou mizer, ou kapav gagn ar gouvernman ek zot dir kotsa dan télévision ou dan radio. Mé dan mo lépok, tou ti bizin payé.» Ce qui l’oblige à abandonner l’école à 14 ans. 

Elle gagne quelques sous en faisant du baby-sitting pour ses voisines. Mais bien vite, la nécessité de trouver un emploi fixe se fait sentir. Elle en trouve un de vendeuse de magasin. «Lerla ou lespri komans ouver ar kamarad. Zot dir ou fer enn ti larout parsi parla pou gagn enn ti larzan en plis.»

«Mo’nn fer lé nor, sid, l’est, partou mo’nn rodé. Bann propriéterla pa lé lwé lakaz ar enn mama sélibater.»

Elle cède mais refuse de faire le trottoir. Elle ne le fait toujours pas d’ailleurs. Ce sont toujours des copines qui l’informent quand tel ou tel homme cherche une femme pour une relation sexuelle tarifée. Avec deux passes, elle gagne l’équivalent de son salaire mensuel de vendeuse. Mais elle n’est jamais à l’aise lors de ces contacts sexuels. «Sak fwa li difisil, même maintenant.» Si bien qu’elle «trace» par intermittence.

 «Mo pa trasé toulézour pou gagn sa kantité kas-la. Forsé dan enn mwa trwa-kat fwa, mo fer li, zis pou pey lwayé.»

Sandra tombe enceinte d’un homme qu’elle fréquente régulièrement. Mais il prend ses jambes à son cou lorsqu’il l’apprend. Elle rencontre un autre homme avec un nom de famille à particule, qui tombe amoureux d’elle. Le sentiment est mutuel. Il l’accepte avec son enfant et pendant 13 ans, ils vivent ensemble. Il subvient à ses besoins financiers et il n’est plus nécessaire pour elle de travailler. 

Mais la famille de son compagnon n’approuve pas cette relation. «So fami ki éna granzer ek ki mo apel ‘les apostrophes’, pa ti dakor. Ler so fami mont so latet, nou kité. Apré li rétourné. Nou rékité ek apré li ré-rétourné.» De cette relation en syncopée naissent deux enfants que son compagnon déclare à l’État civil. La dernière rupture qui remonte à six ans est finale. 

«Mem si ou pé gagn zafer ar enn mama sélibater ou enn fam ki apé trasé, pa ziz li. Pa tret li kouma zanimo. Li osi enn imin kouma ou ek ki éna mem drwa ki ou…»

Après 13 ans, Sandra reprend le travail sexuel par intermittence. Elle loue l’étage d’une maison avec une chambre à coucher, salon, salle à manger, salle de bains et vécés à Rs 3 700. Le problème est que la pression de l’eau est si faible que ses robinets sont à sec. Elle doit alors se lever tous les jours à 4 heures du matin, faire les escaliers pour aller remplir des récipients d’eau sous le robinet externe. Un va-et-vient éreintant. Et puis, elle n’aime pas le quartier qui, dit-elle, n’est pas convenable pour des enfants.

Sandra se met en quête d’une maison à louer. Et là, c’est le parcours du combattant. «Mo’nn fer lé Nor, Sid, l’Est, partou mo’nn rodé. Bann propriéter-la pa lé lwé lakaz ar enn mama sélibater. Zot dimann ou trwa mwa lavans ouswa zot dimann fiche de paie, sertifika moralité, kontra maryaz. Ek ler mo énervé ek ki mo dir ki mo enn fam ki trasé ek akoz sa ki mo péna fiche de paie, zot dir ou alé parski ou pou vinn gat lentouraz. Zot atann ki ou vir ou lédo pou koz ar zot madam ek dir : bann doner f*** pé rod lwé lakaz !» 

Elle finit par trouver une maison de deux chambres à coucher à louer pour Rs 3 000. La propriétaire, une femme très mielleuse au demeurant, lui demande son adresse pour venir récupérer son premier loyer. Et c’est ce qu’elle fait. Sandra qui a acheté un Rent Book, l’oblige à signer. Le jour du déménagement, Sandra réussit à trouver un camion à Rs 500 qui prend tous ses effets et ceux de ses enfants et les amène devant sa nouvelle maison. 

Sandra tombe des nues en voyant un cadenas sur le portail et réalise qu’il y a un homme dans la maison qu’elle va louer. Elle appelle la propriétaire qui lui promet d’arriver bientôt. Sandra poireaute avec ses enfants et ses effets personnels de 16 heures à 18 heures. Lorsque la propriétaire se pointe, elle tente d’amadouer Sandra en lui disant que l’occupant d’une des deux chambres de sa maison n’est là que temporairement, soit pour encore deux semaines. 

Sandra, qui n’a nulle part où aller, est obligée de ravaler ses remontrances et accepter qu’un étranger occupe une des pièces de sa maison. Et puis, se dit-elle, 15 jours sont vite passés. Elle cède la chambre à ses enfants et dort sur le sofa dans le salon. 

Sauf que l’homme qui occupe la chambre chez elle, a été largué par sa femme et boit comme une éponge. Et lorsqu’il a des crises de delirium tremens, il hurle, dit des gros mots et met sa radio à tue-tête jusqu’à une heure du matin. Et à plusieurs reprises, il passe dans le salon sous son nez pour aller aux toilettes. Si Sandra ne craint pas qu’il s’en prenne à elle, affirmant qu’elle sait se défendre, elle attend tout de même la fin des 15 jours avec impatience. 

Mais l’homme ne bouge pas. Cela fait cinq mois maintenant qu’il vit encore chez elle. Sur ses insistances, sa propriétaire a réduit le montant de son loyer mais à la veille de chaque paiement, la mégère se fait un devoir de lui rappeler qu’elle doit obtenir son argent de bonne heure le lendemain car elle doit aller payer son abonnement à une chaîne satellitaire. 

«Ler mo fini pey li, enn ti moman apré, li vinn tap laport pou dir mwa si mo kapav donn li enn tigit disel ou enn tigit disik. Parfwa li dimann mwa pret li enn Rs 100 ki zamé li randé. Ler mo dir mo péna, li alé mé li koz foutan ar so tifi pou mwa ek li fer mwa tandé. Mo tann li dir : ‘Zot pran zot pou bel zafer. Mo pou donn zot démision ek zot pou bez zot l*** zot pou alé’. Toultan li bizin éna enn zafer pou li dir. Ouswa so tifi kozé for ek li zouré. Li dir : ‘bann k***, bann p***. Pa koné si éna malad ar zot.» 

Sandra s’est remise en quête d’une maison. Mais elle est fatiguée d’essuyer des refus ou d’avoir à soumettre des papiers justificatifs. Elle s’est tournée vers la Mauritius Housing Corporation mais on lui a fait comprendre qu’elle devrait ouvrir un compte Plan Epargne Logement et avoir au moins Rs 50 000 sur ce compte pour pouvoir prétendre à un logement. 

De guerre lasse, elle s’est rendue à la National Empowerment Foundation dans l’espoir d’obtenir un logement. «Mo’nn ranpli formiler mé pa finn tann nanyé dépi sa. Mo pé kontinié rodé mem. Ena lakaz Rs 3 000 mé propriéter-la pou dimann ou bann papié ou trwa mwa lavans. Mo pa trasé toulézour pou gagn sa kantité kas-la. Forsé dan enn mwa trwa-kat fwa, mo fer li, zis pou pey lwayé, dilo, lalimier ek rasion ek kapav fer zanfan manz enn ti poul frir enn fwa létan. Tan ki mo pa gagn enn lot lakaz, mo pou bizin res lamem parski péna lézot plas pou mo alé.» 

Sandra n’a qu’une demande aux propriétaires : «Mem si ou pé gagn zafer ar enn mama sélibater ou enn fam ki apé trasé, pa ziz li. Pa tret li kouma zanimo. Li osi enn imin kouma ou ek ki éna mem drwa ki ou…»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires