Fraude alléguée au SIFB: premières auditions devant le FFC dans la contestation

Avec le soutien de
Selon le leader de l’opposition, des milliers de petits planteurs de canne auraient été floués de Rs 450 millions.

Selon le leader de l’opposition, des milliers de petits planteurs de canne auraient été floués de Rs 450 millions.

Début des travaux du Fact-Finding Committee (FFC) institué la semaine dernière pour faire la lumière sur la fraude alléguée de Rs 450 millions au sein du Sugar Insurance Fund Board (SIFB). Le Chief Executive Officer et l’Operations Manager de l’organisme devraient être entendus ce vendredi 30 novembre.

Entre-temps, le Mouvement Ti Planter Cannes, dont le porte-parole est Pradeep Jeeha, ne décolère pas. Il a exprimé son désaccord quant au fait que Gowrisungkur Baboo Rajpati soit un assesseur du FFC, présidé par Luchmyparsad Aujayeb. Dans une lettre envoyée la semaine dernière, Alan Ganoo propose que Yuvraj Thacoor soit nommé à la place.

Pourquoi cette contestation ? Selon Pradeep Jeeha, étant un consultant du secteur privé, Gowrisunkur Baboo Rajpati ne devrait pas occuper une place au sein de ce comité présidé par Lutchmyparsad Aujayeb. Dans la lettre, Pradeep

Jeeha réclame ainsi la demission de Gowrisunkur Baboo Rajpati.

Toutefois dans l’éventualité que le gouvernement le maintienne comme assesseur, il propose que ce duo soit épaulé par Yuvraj Thacoor. Ce dernier est un expert-comptable indépendant en qui la communauté des petits planteurs aurait entièrement confiance.

Les termes de référence du FFC sont d’examiner le rapport de la récolte sucrière 2017 fait par l’Operations Manager du SIFB. Il devra déterminer s’il y avait lieu de déclarer la récolte de 2017 comme «Event Year» pour certains gros établissements sucriers. Il aura à déterminer le montant de la compensation, s’il y en a, à payer aux planteurs des usines concernées en rapport avec la récolte de l’an passé.

Les membres du FFC devront également enquêter pour savoir s’il y a eu des maldonnes qui auraient pu être commises par des employés du SIFB et recommander les actions nécessaires. Et éventuellement, fournir un rapport intérimaire s’il s’avère nécessaire de prendre des sanctions immédiates, incluant la suspension de membres du SIFB, afin de préserver le déroulement du travail du comité.

Luchmyparsad Aujayeb et son assesseur doivent débuter leur enquête au plus vite.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires