Nouvelle piste d’atterrissage à Plaine-Corail: l’AFD prête à débourser Rs 3,9 Mds

Avec le soutien de
Le directeur de l’AFD pour Maurice, André Pouilles-Duplaix et le chef commissaire Serge Clair, mardi 27 novembre.

Le directeur de l’AFD pour Maurice, André Pouilles-Duplaix et le chef commissaire Serge Clair, mardi 27 novembre.

Tout dépend «de la volonté de Maurice et de Rodrigues». Ce qui est sûr, c’est que l’Agence française de développement (AFD) et l’Union européenne (UE) sont «prêtes à débourser Rs 3,2 milliards ou Rs 3,9 milliards» dans le cadre de la construction de la nouvelle piste d’atterrissage de l’aéroport de Plaine-Corail.

C’est ce qu’a indiqué le directeur de l’AFD pour Maurice, André Pouilles-Duplaix, mardi 27 novembre, à l’issue d’une rencontre avec le chef commissaire Serge Clair, au siège du conseil exécutif à La Résidence, à Port-Mathurin. Il en était à sa première visite à Rodrigues pour une prise de contact avec les autorités régionales. «Cette mission se situe dans le cadre du financement de la construction de la nouvelle piste de l’aéroport de Plaine-Corail», a-t-il précisé.

André Pouilles-Duplaix a expliqué que l’AFD a été sollicité par le ministère des Finances et du développement économique afin de contribuer, avec l’UE, au financement de la construction d’une nouvelle piste d’atterrissage. «Nous étions partis sur un projet qui allait coûter Rs 3,2 milliards. Aujourd’hui, les études en ont fait un peu augmenter le coût. Nous en sommes actuellement à Rs 3,9 milliards.» D’ajouter que c’est désormais «aux autorités mauriciennes et rodriguaises de décider du montant qui sera demandé au couple AFD/UE».

Vision stratégique

André Pouilles-Duplaix, qui était accompagné d’un représentant de l’UE et de cinq représentants de l’AFD, a également eu une rencontre avec le commissaire de l’Environnement, ainsi que celui des Ressources en eau. «Nous sommes à la disposition des autorités rodriguaises pour accompagner des projets de développement à travers le financement.» Il cite, entre autres, l’unité de dessalement fonctionnant à l’énergie photovoltaïque qui se situe à Caverne-Bouteille.

«Avec le CIRAD, nous avons également accompagné Rodrigues pour la production agricole. Et aujourd’hui nous sommes prêts à le faire pour le développement des ressources en eau pour la production d’eau potable, ainsi que pour le développement des ressources en énergie», affirme André Pouilles-Duplaix. Objectif : «accompagner l’Assemblée régionale dans sa vision de faire de Rodrigues une île qui utilisera les énergies renouvelables à 100 % d’ici à 2030».

Et l’AFD ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. «Nous voulons aussi être présents pour la dynamisation des villages agricoles pour la production et la création d’emploi, en visant l’exportation des produits.»

Le directeur de l’AFD se dit impressionné par la vision stratégique développée par l’Assemblée régionale «de cette île écologique» qui veut garder son authenticité. «Je trouve cela très fort car c’est cette spécificité et cette culture rodriguaise qui feront la richesse de Rodrigues à l’avenir.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires