Libertadores/incidents: la finale retour River-Boca se jouera hors d’Argentine

Avec le soutien de

La Conmebol a tranché après les incidents violents de samedi à Buenos Aires: la finale retour de la Copa Libertadores River Plate-Boca Juniors se jouera sur terrain neutre, hors d’Argentine.

«Il est plus prudent que le match ne se joue pas (en Argentine). La finale se jouera le 8 ou le 9 décembre, dans un lieu à définir par l’administration de la Conmebol», a annoncé dans un communiqué publié sur twitter l’instance qui gère le football sud-américain.

La décision est soumise à la décision du Tribunal de discipline de la Conmebol, saisi par Boca Juniors, qui réclame une victoire sur tapis vert, a précisé le président de la Confédération sud-américaine de football (Conmebol) Alejandro Dominguez.

«Les conditions ne sont pas réunies pour que la finale se joue en Argentine», a ajouté le président de la Conmebol, lors d’une conférence de presse à Asuncion, au siège de l’organisation.

Lors de la finale aller le 10 novembre, jouée dans une ambiance survoltée, le duel 100% argentin s’était soldé par un match nul (2-2).

La décision de mardi ne satisfera aucune des deux équipes qui se déchirent devant les objectifs du monde entier.

- Boca veut la Coupe sur tapis vert -

Boca Juniors réclame la coupe sur tapis vert devant le tribunal de discipline de la Conmebol, estimant que River Plate doit être puni pour les incidents.

River Plate, l’autre grand club de Buenos Aires, voulait disputer la finale retour dans son stade Monumental.

Prévu initialement samedi au stade Monumental de Buenos Aires, le duel entre les deux grands rivaux, clubs les plus titrés d’Argentine, a été reporté après que deux joueurs de Boca Juniors ont été blessés, alors que le bus les transportant a été attaqué à coups de pierres, bouteilles et gaz lacrymogène par des supporteurs ultras de River Plate.

Alors que la majorité des 60.000 spectateurs avaient pris place dans le stade, dont le président de la Fifa Gianni Infantino, la Conmebol a d’abord retardé la rencontre à deux reprises, avant de la reporter à dimanche.

Mais un des joueurs blessés, le capitaine de Boca Pablo Perez, étant dans l’incapacité de jouer dimanche, la finale du tournoi de clubs le plus prestigieux d’Amérique du sud a ensuite été reportée.

L’annonce de la Conmebol est intervenue après une réunion entre les présidents de la Conmebol, de Boca et de River, mardi au siège de la Confédération.

«Nous n’acceptons pas de jouer une rencontre tant que le tribunal n’a pas tranché. Je ne suis d’accord qu’une date ait été fixée», a réagi depuis Asuncion le président de Boca Juniors, Daniel Angelici.

Il a précisé que s’il n’était pas d’accord avec la décision, il ferait appel devant le tribunal d’appel de la Conmebol, voire auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS).

Parallèlement, la Conmebol a ouvert une procédure contre River Plate pour les incidents de samedi, des faits qui sont également l’objet d’une enquête judiciaire en Argentine.

Le vainqueur de la Copa Libertadores est qualifié pour le Mondial des clubs qui se disputera aux Emirats arabes unis. L’entrée en lice de l’équipe sud-américaine est prévue le 18 décembre.

La Conmebol a reçu ces derniers jours plusieurs propositions pour l’organisation du match en dehors de l’Argentine: Asuncion, Gênes (Italie) et Belo Horizonte (Brésil).

L’édition 2018 est la dernière finale à se disputer en matches aller et retour. A partir de 2019, la finale se jouera sur un seul match, comme la Ligue des champions.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires