Il y a 21 ans: Raj Dayal conteste sa suspension comme Commissaire de police.

Avec le soutien de

Le 27 novembre 1997

Cinq jours après la suspension de  Raj Dayal, de ses fonctions de Commissaire de police, ses avocats, Emmanuel Leung Shing et Kritanand Seetiah écrivent  à la Disciplined Forces Service Commission (DFSC) pour réclamer les détails des faits reprochés à l’ancien No.1  de force policière

En même temps, Raj Dayal jure un affidavit pour contester la décision du président de la République d'instituer un tribunal pour enquêter sur l'inconduite alléguée du commissaire de police. C'est la procédure prescrite menant à la destitution d'un commissaire de police fautif.

Le tribunal est présidé par l'ancien chef juge Rajsoomer Lallah qui a pour assesseurs les juges Keshoe Parsad Matadeen et Paul Lam Shang Leen. Le tribunal se penche sur le rapport rédigé par le Senior Puisne Judge Bernard Sik Yuen sur les reproches faits à Raj Dayal dans le cadre des transactions commerciales entre les Casernes Centrales et le contacteur Ramrachheya. 

Le tribunal établit que l'inconduite de Raj Dayal est avérée et l'ancien commissaire de police est destitué. Par la suite, Raj Dayal est poursuivi en cour intermédiaire, mais le procès est abandonné en 2007. 

En 2013, l'Etat offre à Raj Dayal des indemnités s'élevant à Rs 5,7 millions. L'ancien commissaire de police décline la proposition  et réclame à l'Etat Rs 1 milliard. 

En 2017, les deux parties parviennent à un arrangement. Raj Dayal reçoit de l'Etat une somme de Rs 15 millions comme solde de tout compte et il consent à retirer sa plainte.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires