Blanchiment d’argent: peine de prison réduite pour la complice de Curly Chowrimootoo

Avec le soutien de
Curly Chowrimootoo avait été condamné à cinq ans de prison dans le cadre du même procès.

  Curly Chowrimootoo avait été condamné à cinq ans de prison dans le cadre du même procès.  

La Cour intermédiaire lui avait infligé une peine de trois ans de prison pour blanchiment d’argent. Insatisfaite, Bibi Hapsa Khoyratty, 39 ans, avait interjeté appel. C’est ainsi que la Cour suprême a décidé de réduire la sentence dont a écopé la complice de Curly Chowrimootoo à 18 mois.

Bibi Hapsa Khoyratty, une habitante de Le Hochet, Terre-Rouge, avait transféré Rs 45 153 au Kenyan Harry Ngala Sakina en utilisant un prête-nom, Rasoolbee Korrimboccus. C’était le 20 octobre 2010. Deux ans après, soit le 21 octobre 2012, elle avait remis Rs 44 850 à Victor Opiyo Uduor, un autre Kenyan, à travers Marcellino Daniello. Poursuivie sous deux accusations de blanchiment d’argent, elle avait été reconnue coupable.

Or, selon Bibi Hapsa Khoyratty, la sentence de trois ans de prison qui lui a été infligée était sévère et excessive. Elle a, par ailleurs, fait remarquer dans son document d’appel, que le magistrat a failli n’a pas pris en considération le fait que son casier judiciaire est vierge, ou encore les remords qu’elle avait exprimés.

Les juges Rita Teelock et Shameem Hamuth-Laulloo ont, dans un premier temps, rejeté certains points avancés par l’avocat de Bibi Hapsa Khoyratty. «Nous ne sommes pas d’accord avec l’avocat de la condamnée, qui soutient que la sentence n’est pas correcte parce qu’elle détient un casier judiciaire vierge. Cela ne veut pas dire qu’une peine d’emprisonnement ne peut être infligée», ont-ils fait remarquer.

Cependant, ont ajouté les juges, «we are of the view that the learned magistrate wrongly considered the sums involved to be ‘considerable’. This is of some significance because this consideration must have heavily impacted on the decision of sentencing». D’où la décision de réduire la peine de prison.

À noter que dans le cadre du même procès pour blanchiment d’argent, Curly Chowrimootoo avait, lui, été condamné à cinq ans de prison. Le 7 octobre 2010, il avait effectué un transfert de 12 000 dollars et de Rs 80 000  à l’intention d’un ressortissant malgache, Eliane Ramiarimanana. Le deuxième transfert a eu lieu le 15 octobre de la même année, dans une succursale de Thomas Cook, à Quatre-Bornes. Curly Chowrimootoo avait versé Rs 462 000 à Swaleh Ahmed, en Tanzanie, en utilisant le prête-nom de Charles Ludovic Bauda. Ces sommes d’argent proviennent de l’importation d’héroïne.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires