Télévision: la technologie crève l’écran

Avec le soutien de
(Photo d’illustration) Le téléviseur ne détient désormais plus le monopole.

(Photo d’illustration) Le téléviseur ne détient désormais plus le monopole.

Le petit écran est-il mort chez les jeunes ? Pas si sûr. Mais il se heurte à une rude compétition des téléphones intelligents et tablettes. Quelles sont les nouvelles pratiques chez les enfants et adolescents?  Le point à l’occasion de la Journée mondiale de la television, le mercredi 21 novembre.

«La télévision, c’est comme une drogue. Mon mari et moi avons mis des paramètres bien spéciques, donc c’est uniquement trois heures d’écran par jour», confie Priscille Rose, parent de deux enfants âgés de 8 et 11 ans.

Également cheffe de section pionnière du 4th Black River Scout Group, elle affirme que les pratiques télévisuelles se scindent aussi bien sur la télévision traditionnelle qu’à travers les nouveaux médias. «Ma lle regarde des séries jeunesse à la télévision et de temps à autre, elle suit certains épisodes sur YouTube. Quant à mon ls, il regarde beaucoup de matchs de football en replay sur la tablette.» La playstation, également insérée dans leurs habitudes, a été configurée pour s’éteindre automatiquement au terme du délai imparti.

Selon le Media Review de DCDM Research d’octobre 2018, l’audience des jeunes âgés entre 15 à 25 ans est de 70,6 % sur une base de 146 participants pour le troisième trimestre de l’année. Quant à l’Internet, YouTube décroche le palmarès avec 91,5 % de l’audience âgée entre 15 à 25 ans. S’en suivent Google avec 90,5 % et Facebook avec 84,3 % ,respectivement selon le sondage.

Netix et Amazon ont tout changé

Certes, la technologie est de plus en plus déterminante pour visionner des émissions télévisées. Les jeunes boudent-ils pour autant la télévision traditionnelle ? Pour Beejaye Ramdenee, président de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC), «le Web, le streaming, YouTube, le replay, Netix et Amazon ont tout changé». Du coup, affirme-t-il, les supports eux-mêmes ont changé, ce qui fait que le téléviseur ne détient plus le monopole.

D’ailleurs, souligne une représentante de MC Vision, opérateur de Canal +, les abonnés veulent pouvoir regarder leurs programmes sur tout écran et à l’heure qui leur convient. D’autant qu’une application favorise cette mobilité sur un téléphone intelligent, une tablette ou un ordinateur. «De quoi ravir les jeunes et les moins jeunes.»

Justement, que regardent-ils selon les âges ? D’après le président de la MBC, les enfants âgés de moins de 6 ans sont fidélisés aux dessins animés dotés de personnages d’animaux. Vers 7 à 11 ans, ils accrochent plus sur l’action, la comédie, la musique et les histoires axées sur les enfants. «Entre 12 à 15 ans, les Mauriciens aiment se voir, donc dans des séries traduisant leur mode de vie. Les programmes doivent être amusants», déclare-t-il. Au-delà de 16 ans, place aux long-métrages et surtout à la musique.

Du côté de MC Vision, les programmes fidélisant les petits comprennent les chaînes Disney, Teletoon+, Piwi+ etc. Les adolescents ne sont pas en reste avec des chaînes musicales, sportives et les séries. «On note un fort engouement pour les séries. Cette thématique fédère toute la famille.» D’après nos interlocuteurs, la jeune génération adhère également bien aux émissions ludiques et éducatives comme celles de National Geographic, Voyages, Discovery Channel, C’est pas sorcier, Fort Boyard et les télé-réalités dont Koh-Lanta, entre autres.

Chant et danse très populaires

Des productions locales telles que «Qui veut gagner des millions ?» et «Dance Fever» intéressent également la jeunesse. À l’international, la scène les mobilise. «Tout ce qui est chant et danse est très populaire, notamment The Voice Kids», déclare Cynthia Henri, animatrice au sein de l’association Future Hope.

Son avis est partagé par Michèle Lionnet, Executive Director de Junior Achievement Mascareignes, une autre ONG travaillant avec des enfants âgés de 9 ans et plus. «Les adolescents regardent la télévision et particulièrement des émissions correspondant à ce qu’ils aiment.»

Par contre, certains programmes peinent à trouver preneurs, confient nos interlocuteurs. À l’exemple des bulletins d’informations locales. D’une part, certains parents contraignent leurs enfants à les regarder. Et d’autre part, ceux-ci sont complètement zappés. «Ils préfèrent comprendre les événements et faits internationaux sur leur tablette ou à travers les réseaux sociaux comme Facebook ainsi que des sites et applications comme WhatsApp et YouTube», constate Cynthia Henri.

Michèle Lionnet souhaite un meilleur intérêt pour ces nouvelles : «Cela les aiderait, entre autres, à approfondir leurs connaissances générales pour des matières comme le General Paper. Je ne sais quelle est la recette miracle pour les y encourager.»

L’évolution technologique et des pratiques impliquent donc une réinvention de la télévision. Comment sera celle de demain ? La mobilité sera des plus sollicitées. Tout comme les nouvelles déclinaisons de Smart TV, les TV box et le streaming, entre autres. «Il nous faut rééchir. On est déjà en retard et on ne doit pas davantage creuser l’écart», constate le président de la MBC.

En chiffres

75 % des Mauriciens âgés de 13 ans et plus ont regardé la télévision durant la semaine : c’est ce que souligne la Media Review de DCDM Research. L’échantillon était composé de 300 personnes sondées mensuellement pour le troisième trimestre de 2018.

Les résultats, publiés en octobre 2018, indiquent un taux d’audience de 69 % le samedi et 74 % le dimanche. Selon les données, l’audience demeure relativement stable pour la télévision, variant entre 72 % et 76 % de 2017 à 2018.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires