Affaire Bal Kouler: «Aucune manipulation de la bande sonore»

Avec le soutien de

«Il n’y a pas eu de changement de ton et je peux dire qu’on a ni ajouté, ni retiré des parties de cette bande sonore.» C’est ce qu’a affirmé un membre de l’IT Unit de la Commission anticorruption (ICAC), ce jeudi 15 novembre, en cour intermédiaire. Cet expert en Digital Forensic a été appelé à la barre des témoins dans le cadre du procès intenté à Raj Dayal dans l’affaire Bal kouler.

Le témoin est revenu sur le jour où il a examiné la bande sonore incriminant Raj Dayal. Il a expliqué que Patrick Soobhany lui avait remis la bande sonore, en présence de son avocat, Me Yousuf Mohamed, SC, à des fins de vérification. «C’était un enregistrement de 20 minutes et 7 secondes en mars 2016», a répondu le témoin lors de son contre interrogatoire par Me Medhaven Armoogum, du bureau du Directeur des poursuites publiques.

«Lors de la transcription, il y avait certes des mots manquants, ou plutôt une interruption, mais je peux confirmer que c’était une conversation cordial où les deux personnes savaient de quoi elles parlaient», a indiqué l’officier. Il estime qu’il n’y a pas eu de manipulation de la bande sonore. Le témoin a également ajouté que l’ICAC a dû solliciter la presse pour pouvoir effectuer un exercice de «sample recording» car l’accusé aurait refusé de s’adonner à un exercice de comparaison de voix.

Par ailleurs, Me Ravi Rutnah, l’avocat de la défense, a signalé à la Cour qu’il conteste l’ordre dans lequel la poursuite compte appeler les témoins. Le procès se poursuivra le 23 novembre.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires