Facebook: une universitaire interpellée pour avoir insulté le président ougandais

Avec le soutien de
Stella Nyanzi est déjà sous le coup d’une inculpation pour avoir traité le président Museveni de «a pair of buttocks».

Stella Nyanzi est déjà sous le coup d’une inculpation pour avoir traité le président Museveni de «a pair of buttocks». 

La liberté d’expression sur les réseaux sociaux, ce n’est pas qu’à Maurice qu’elle est menacée. En Ouganda, une universitaire et féministe reconnue, Stella Nyanzi, a été interpellée par la police suivant un post «offensant» sur Facebook contre le président Yoweri Museveni et sa mère décédée.

Très suivie sur les réseaux sociaux, Stella Nyanzi est une figure de la lutte en faveur des défavorisés et des droits des femmes. Toutefois, ses propos plutôt controversés et des posts très graphiques lui ont valu, à maintes reprises, de se retrouver inquiétée par les forces de l’ordre. D’ailleurs, elle est sous le coup d’une inculpation pour avoir traité le président Museveni de «a pair of buttocks». 

En outre, en mars 2017, Stella Nyanzi, chercheuse à l’université de Makerere, a été suspendue après avoir insulté la Première dame, Janet Museveni, sur les réseaux sociaux. Cette dernière est ministre de l’Éducation. Stella Nyanzi l’avait accusée de mal faire son travail.

Un tribunal institué pour enquêter sur sa suspension a ordonné qu’elle soit réintégrée le mois dernier et que ses salaires lui soient versés. Une décision qui n’a toutefois toujours pas été appliquée.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires