Ragavoodoo: une carte maîtresse du MSM

Avec le soutien de
Ammanah Saya Ragavoodoo est non seulement l’avouée du PM mais représente aussi plusieurs membres du MSM.

Ammanah Saya Ragavoodoo est non seulement l’avouée du PM mais représente aussi plusieurs membres du MSM.

Tout était réuni pour que Pravind Jugnauth ne procède pas à la nomination d’Ammanah Saya Ragavoodoo au sein de l’Electoral Supervisory Commission et l’Electoral Boundaries Commission. Face à la pression de l’opposition qui dénonçait le choix d’un agent électoral, Shamila Sonah-Ori, le choix initial de Pravind Jugnauth, a pris ses jambes à son cou.

Il y a trois semaines, avant même que le nom d’Ammanah Saya Ragavoodoo ne soit proposé aux autorités électorales, l’express consacrait une page entière à la présentation d’Ammanah Saya Ragavoodoo et de son époux Sanjaiye Rawoteea et dévoilait leurs liens étroits avec le couple Jugnauth et d’autres membres du Mouvement socialiste militant (MSM), des liens qui étaient jusqu’alors inconnus du grand public. Or, c’est cette même Ammanah Saya Ragavoodoo que le Premier ministre a choisie, choix avalisé par le président par intérim de la République vendredi. Ce faisant, Pravind Jugnauth ne se contente pas d’être fidèle à la politique des gouvernants de tout bord qui consiste à caser les siens, mais il est aussi en train d’abattre une carte politique importante.

«Notre leader est en train de montrer qu’il ne se plie pas aux critiques de la presse et de l’opposition», analyse un membre du bureau politique du MSM. «C’est une forme d’autorité qu’il fait asseoir pour montrer qu’il est le seul maître à bord à l’amorce de la dernière année du quinquennat. La nomination de celle dont le couple a été décrit par l’express comme un power couple de Lakwizinn est une défiance aux opposants. Tout comme Government is government and government decides, a leader decides too. Un message que doivent aussi comprendre les membres du MSM de même que le Muvman Liberater, notre partenaire.» Si ce député refuse de croire qu’Ammanah Saya Ragavoodoo va siéger au sein de ces instances électorales avec une mission précise que lui confie Pravind Jugnauth pour desservir le MSM, c’est par contre la crainte précise du Parti travailliste (PTr).

«Kitsoz pé tramé», a lancé Navin Ramgoolam samedi soir à l’issue d’une cérémonie religieuse à l’occasion de Divali. Invité à nous dire le fond de la pensée de son leader, Patrick Assirvaden lâche: «L’Electoral Supervisory Commission est l’institution régulatrice des élections qui doit sévir contre toute pratique illégale. On touche à l’indépendance des élections. L’Electoral Boundaries Commission proposera l’année prochaine une nouvelle délimitation des circonscriptions qui devra soit être acceptée in toto ou rejetée (par un vote à simple majorité à l’Assemblée nationale). Imaginez les conséquences d’une manipulation politique de l’envoyée de Pravind Jugnauth.»

Si le poids d’Ammanah Saya Ragavoodoo et sa capacité de faire du gerrymandering Pravind Jugnauth au sein du board de l’Electoral Boundaries Commission, aux côtés des professionnels respectés comme Yusuf Aboobaker, Désiré Basset ou Nargis Bundhun, restent encore à être prouvé, sa seule présence est un joker pour Pravind Jugnauth. Car le rapport n’est qu’une finalité dont le processus est tout aussi crucial. Les informations de terrain récoltées ou même des fuites avant que le rapport ne soit officiellement soumis peuvent offrir un avantage concurrentiel non négligeable. Cela alors même que Xavier-Luc Duval a fait des délimitations des circonscriptions son cheval de bataille. Il a d’ailleurs récemment fait un long exposé à l’Electoral Boundaries Commission.

Quel Premier ministre ne voudrait pas connaître en détail les propositions – et donc les intérêts – d’un leader de l’opposition ? Toutes ces informations peuvent s’avérer utiles pour déjouer un farouche adversaire, ou appâter un futur allié. À ce jeu-là, Paul Bérenger s’est bien gardé de critiquer les instances électorales. Tout en affirmant que le président par intérim de la République «a trahi la population» en procédant à la nomination d’Ammanah Saya Ragavoodoo, le leader des Mauves a surtout critiqué les Bleus qui demandent, eux, la démission de tous les membres des deux organismes électoraux.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires