Secteur agricole: pourquoi Maurice importe du sucre

Avec le soutien de
Quelque 102 000 tonnes ont été importées par le Syndicat des sucres du Brésil, no1 dans la production de sucre de canne dans le monde.

Quelque 102 000 tonnes ont été importées par le Syndicat des sucres du Brésil, no1 dans la production de sucre de canne dans le monde.

Autrefois leader mondial dans la production de sucre de canne, Cuba importe depuis peu du sucre en provenance de France. Bien que Maurice ne jouisse pas du même poids sur le marché mondial, le pays en importe tout de même une grande quantité. Combien de sucre de canne Maurice importe-t-il chaque année ? Et pourquoi en importe-t-on ?

126 000 tonnes importées en 2017

126 392 101 kg, soit 126 000 tonnes, pour une valeur de Rs 1,9 milliard. C’est la quantité de sucre importée par Maurice en 2017, selon Statistics Mauritius (sous les catégories «white sugar», «white cane sugar», «cane sugar for refining» et «other cane sugar for refing». De ce nombre, environ 102 000 tonnes de sucre ont été importées par le Syndicat des sucres en provenance du Brésil, no1 dans la production de sucre de canne dans le monde (voir tableau).

Devesh Dukhira, Chief Executive Officer (CEO) du Syndicat des sucres, explique à ce titre qu’il s’agit de sucre roux importé pour être raffiné sur l’île avant d’être exporté. Une petite partie est également destinée au marché local. Les 24 000 tonnes restantes, ont, pour leur part, été importées par d’autres importateurs et distributeurs indépendants. Il s’agit ici de sucre blanc importé de l’Union européenne (l’Allemagne, la France, le Portugal ou encore la Belgique). Fait intéressant : Maurice importe également du sucre de la Thaïlande ou encore de l’Inde (deuxième plus gros producteur mondial de sucre de canne), de l’Afrique du Sud, des Émirats arabes unis (E.A.U) et même du Swaziland. Cela, bien que le tonnage soit nettement inférieur (190 kg du Swaziland et 1,2 tonne des E.A.U en 2017).

Un marché ouvert

Pourquoi le Brésil en particulier ? «Les prix sont plus compétitifs», explique le CEO du Syndicat des sucres. De souligner que Maurice est un marché ouvert et que, par conséquent, des commerçants ou autres importateurs sont libres de faire venir du sucre de l’étranger, souvent à des prix inférieurs que celui produit localement. Raison pour laquelle le gouvernement a récemment augmenté la taxe sur les sucres importés à 80 %, à la demande des opérateurs et du Syndicat des sucres.

Cette mesure devrait, selon le syndicat, permettre aux opérateurs locaux de récupérer une partie des parts de marchés perdue en raison de la concurrence de l’importation dans un contexte actuellement difficile, avec la baisse des prix du sucre au niveau mondial et une hausse des coûts de production sur le plan local. Quid de la demande locale ? Elle ne représente que 10 % de la production totale du sucre local, explique notre interlocuteur, soit environ 35 000 tonnes annuellement.

Par ailleurs, la production de sucre a connu une baisse de 8 % l’année dernière, passant à 355 213 tonnes. Cette baisse devrait se poursuivre cette année, avec une production de 330 000 tonnes.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires