«Privé» des JIOI à cause de problèmes financiers : l’espoir renaît pour Jordy Vadamootoo

Avec le soutien de
Jordy Vadamootoo doit faire des petits boulots pour pouvoir joindre les deux bouts.

  Jordy Vadamootoo doit faire des petits boulots pour pouvoir joindre les deux bouts.  

Son histoire a touché plus d’un. Jordy Vadamootoo, qui avait abandonné tout espoir de participer aux Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI), l’an prochain, à cause d’un problème d’argent, pourrait finalement réaliser son souhait…

La boxe, c’est sa passion depuis qu’il a 17 ans. Des obstacles, il en a traversé pas mal mais rien ne l’a mis K.-O jusqu’ici. Grâce à son courage et sa determination il a été sacré champion de l’océan Indien aux Jeux des îles de la Réunion en 2015 et également champion d’Afrique en  2017.

C’est dans sa demeure sans prétention, à Vacoas, qu’il nous reçoit. À ses côtés, son père Claude Vadamootoo. Jordy rappelle qu’il avait été présélectionné pour les JIOI, mais en raison de problèmes financiers, il allait raccrocher les gants de boxe. Cela, parce qu’il devait entreprendre de petits boulots, à droite et à gauche, aider son père, afin de pouvoir joindre les deux bouts.

«La chance que j’ai eue, c’est que les responsables concernés ne m’ont pas ‘banni’ complètement des entraînements donc je peux encore être présélectionné. Je pourrais me rattraper lors d’une compétition qui aura lieu en décembre. Je serais alors évalué…»

Retrouver la forme

 Quid du montant de sa pension qui a été revue à la baisse ? Jordy ne souhaite pas en parler, il dit vouloir se concentrer sur l’avenir et les prochaines opportunités. Pour cela, «[mo] trasé-koupé». Le but : retrouver sa forme de 2015. «Quand je travaille jusqu’à fort tard, je ne peux pas aller assister aux entraînements, mais je fais de mon mieux pour jongler entre les deux.»

Ce qui est certain, c’est que pour son papa Claude, Jordy est déjà un champion. «Larzan ti pé manké samem mo garson inn bizin travay. Mwa mo fer plonbié, pa toulétan ki gagn boulo.» Il assène un uppercut verbal : «Boukou atlet inn bizin aret zot parkour akoz kas. Pa ti bizin donn zot enn sibvansion ? Enn lapey korek ? Kot problem la vini ?»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires