L'express leaks du dimanche 21 octobre au vendredi 26 octobre

Avec le soutien de

Des bruits de couloir, les derniers buzz ou les derniers scandales, l'express vous dévoile ici ce que les autres vous cachent. 

L’info étouffée ?

En plus de l’info sur un activiste du MSM pour une affaire de moeurs, un journaliste d’une radio privée a également des images CCTV de l’activiste sur le lieu, comme indiqué par sa présumée victime. Mais son patron a décidé d’y apposer son véto pour ne pas diffuser. Les images dorment ainsi dans un tiroir.

Le boycott du PPO

Ils sont membres du «Police Press Office» (PPO). Mais l’inspecteur Shiva Coothen et son équipe n’étaient pas présents lors du lancement du code d’éthique pour les policiers, un événement pourtant médiatisé. Il s’agirait d’une bourde administrative qui a fait que l’équipe du PPO n’a pas reçu d’invitation.

Awkward moment…

Situation plutôt inconfortable lors d’un «business forum» tenu par un organisme public cette semaine. Un éminent invité a prononcé son discours dans sa langue maternelle sans qu’il y ait de traduction pour l’assistance, majoritairement mauricienne. Le discours a duré une bonne dizaine de minutes, sous le regard embarrassé de ceux présents. Après le discours, la direction de l’organisme en question a présenté ses excuses pour cette erreur.

Lesjongard «Enfermé»

Il a peut-être eu une promotion en devenant «Deputy Speaker». Mais le revers de la médaille serait que, désormais, Joe Lesjongard s’abstienne de toute activité politique. Alors que ce député du n°14 prévoyait un retour au n°4, le voilà maintenant privé d’activité politique, laissant un vide au n°4.

Réduit à sa juste valeur

Ce fonctionnaire, connu pour son caractère désagréable envers les journalistes, cumulait aussi les fonctions d’attaché de presse d’un ministre. Sa présence constante lors des sorties du ministre a rendu encore plus surprenante son absence lors de la dernière sortie de celui-ci. On laisse entendre qu’il ne serait plus l’attaché de presse du ministre. Il a modifié sa signature au bas de ses e-mails réduisant ainsi son titre.

Appel à candidatures bidon ?

Ce parapublic, dans l’actualité il y a peu à cause d’un recrutement à polémique, fait encore parler de lui. Cette fois-ci, des sources bien renseignées laissent entendre qu’un récent appel à candidatures pour remplir un poste au sein de la direction ne serait qu’un leurre. Il se chuchote que le candidat aurait déjà été sélectionné par un responsable «higher quarters». Il s’agirait d’un parent d’un proche collaborateur du ministre de tutelle. Au niveau du parapublic, des employés se disent découragés, mais ne comptent pas rester silencieux devant ce nouveau scandale.

«Misié konn tou»

Sa nomination au poste de CEO d’un organisme de transport lui est-elle montée à la tête ? Depuis sa montée en puissance, il prend un air arrogant et toise de haut ceux qui croisent son chemin. Lors des réunions, il affiche un air de «misié konn tou», coupant fréquemment la parole à ses collègues et monopolisant la conversation. Son manque de tact, sa grossièreté et son manque de leadership surprennent.

Dîner Royal

C’est un dîner de travail qui risque de provoquer une indigestion générale. La haute hiérarchie de l’Economic Development Board et les quatre représentants à l’étranger ont organisé un dîner de travail au… «Royal Palm», vendredi. Le choix du prestigieux établissement fait tiquer, d’autant que l’institution ne s’est pas encore illustrée sur le plan des réalisations. Certains n’hésitent pas à s’indigner de ces dépenses superflues et l’étalage de leur goût pour le luxe, alors que le personnel au bas de l’échelle se plaint des disparités salariales après la fusion. Le salaire de Rs 928 800 par mois et une allocation de logement de Rs 100 000 touchés par François Guibert, le CEO, n’est pas pour arranger les choses. Lorsqu’ils avaient, eux, réclamé une révision salariale, une firme privée n’a recommandé qu’une hausse de 5 % de leur salaire.

Froussard

L’été est là, mais ce haut fonctionnaire refuse de sortir de son hibernation. Il se fait tout petit lors des fonctions officielles, ne répond pas aux appels ni ne reçoit des gens. On laisse entendre qu’il se serait barricadé dans son bureau, car certains veulent sa peau. Il croit même que son téléphone est sur écoute et a peur de parler, craignant de devenir «un bouchon de champagne».

Ça bouge au N°6

Sunael Purgus, le président du conseil de district de Pamplemousses, lorgne la circonscription Triolet-Pamplemousses, apprend-on.Mais ce sera difficile pour lui de déboulonner le député Sarvanand Ramkaun, de profil similaire. Il est fort probable qu’il sera catapulté à Grand-Baie–Poudre-d’Or pour remplacer Sangeet Fowdar, qui migrera à Flacq–Bon-Accueil. La cohabitation risque toutefois d’être difficile avec la présence du député Sudesh Rughoobur, qui a récemment réclamé sa démission. Autre candidat probable de l’alliance gouvernementale au n°6 : Prakash Ramchurrun, un «Senior Adviser» qui a joué un rôle important récemment pour apaiser les esprits après des incidents à Triolet.

Cour de récré

Depuis lundi, l’un des élus de la majorité s’est vu confier une nouvelle tâche. Celle de prendre la présence des élus qui participent aux réunions parlementaires. Les absents, dit-on, devront s’expliquer par la suite. Une décision jugée ridicule par des membres du gouvernement.

Nous avons le son

L’interview accordée par Miss Mauritius à «l’express dimanche» a provoqué des réactions enflammées. Si certains ont critiqué la Miss, d’autres, en revanche, ont vu une brèche pour s’attaquer à notre journal, en jouant, encore une fois, la carte communale. Le ton est descendu quand la Miss a retiré un post qui alléguait qu’on avait modifié son propos. Cela, quand elle a réalisé qu’on avait le «recording»…

{{title}}

{{#if summary}}

{{summary}}

{{/if}} {{#if image}}
{{image.alt}}
{{/if}} {{{body}}}
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires