Parapublic: une Service Commission pour empêcher le «népotisme» réclamée

Avec le soutien de
Les membres de la Federation of Parastatal Bodies and Other Union face à la presse, ce mercredi 24 octobre.

Les membres de la Federation of Parastatal Bodies and Other Union face à la presse, ce mercredi 24 octobre.

La Federation of Parastatal Bodies and Other Union (FPBOU) monte au créneau. Deepak Benydin, le président du syndicat, dénonce les recrutements faits pour caser des personnes proches du pouvoir. Il animait une conférence de presse, ce mercredi 24 octobre, à Port-Louis.

Au dire de Deepak Benydin, une Parastatal Service Commission doit être mise sur pied pour s’occuper du recrutement dans les institutions parapubliques. «Cette instance sera responsable du recrutement et des questions relatives aux sanctions.»

Il soutient que la Parastatal Service Commission pourrait prévenir d’éventuels conflits d’intérêts et le népotisme. Une situation qui n’a que trop duré, résultant en un gaspillage des fonds publics. «La commission anticorruption s’est déjà prononcée sur la question», souligne le président de la FPBOU.

Sans cette institution indépendante, le recrutement d’agents politiques, des proches des politiciens et du pouvoir continuera de plus belle. «Ces organismes sont devenus les endroits où caser ces personnes», déplore le syndicaliste. Il dénonce, dans la foulée, les subterfuges utilisés pour recruter des proches, notamment en passant par des agences de recrutement privées.

Le manifeste électoral de l’alliance Lepep faisait pourtant mention de la mise sur pied d’un comité spécial pour mettre fin aux nominations inadaptées aux postes importants. Le recrutement devait se faire sur une base de transparence et de méritocratie.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires