Commission drogue: l’avocat Noor Hussenee interrogé par la Task Force

Avec le soutien de
La convocation de Noor Hussenee fait suite à celle de Salim Mohamed, le chauffeur de l’avocat Samad Golamaully.

La convocation de Noor Hussenee fait suite à celle de Salim Mohamed, le chauffeur de l’avocat Samad Golamaully.

Il est arrivé aux Casernes centrales peu avant 10 heures, ce mercredi 24 octobre. L’avocat Noor Hussenee a été convoqué par la Task Force pour être interrogé dans le cadre de l’enquête ouverte sur le volet de blanchiment d’argent évoqué dans le rapport de la Commission d’enquête sur la drogue.  

Sa convocation au Central Criminal Investigation Department (CCID) fait suite à celle du chauffeur de l’avocat Samad Golamaully, lundi 22 octobre. Salim Mohamed a été questionné sur les propos qu’il avait tenus devant la commission d’enquête sur la drogue, en particulier sur la réunion nocturne de Saint-Pierre en novembre 2014.  Salim Mohamed, qui avait véhiculé Raouf Gulbul pendant la campagne électorale de 2014, a confirmé que le sac noir que l’avocat avait placé dans le coffre de la voiture, ce soir-là, contenait plusieurs millions de roupies et non des pamphlets comme l’avait affirmé Raouf Gulbul. «Zamé mo finn trouv sa kantité kas-la dan mo lavi», aurait-il indiqué à Samad Golamaully au lendemain du 24 novembre 2014.

Outre l’avocat Noor Hussenee, les enquêteurs du CCID devraient interroger ceux présents à ce rendez-vous nocturne à Saint-Pierre, dont le maulana Haroon et l’avocat Mamade Bocus. 

Samad Golamaully et Ashley Hurhangee ont été questionnés par la Task Force la semaine dernière.

Publicité
Publicité

Le rapport de la commission d’enquête sur la drogue a été rendu public vendredi 27 juillet. Et les répercussions sont nombreuses. Le barreau notamment y est mis à mal ; les noms de plusieurs avocats, dont Me Raouf Gulbul, sont cités, la commission Lam Shang Leen recommandant des enquêtes approfondies. Le gouvernement n’est pas non plus sorti indemne. Cités dans le rapport, la ministre Roubina Jadoo-Jaunbocus et le Deputy Speaker Sanjeev Teeluckdharry ont dû «step down». Diverses institutions sont également montrées du doigt.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires