Investissement étranger: baisse de 10 % pour le premier semestre

Avec le soutien de
Richard Arlove (à g.) et Nick Cawley, CEO d’ABAX et d’Ocorian respectivement. Le rachat de la première compagnie nommée par la seconde a été finalisé en mars.

Richard Arlove (à g.) et Nick Cawley, CEO d’ABAX et d’Ocorian respectivement. Le rachat de la première compagnie nommée par la seconde a été finalisé en mars.

Les investissements directs étrangers sont de Rs 8,8 Mds cette année, contre Rs 9,7 Mds à la même période l’an passé. La filière finance rattrape presque l’immobilier, en raison du rachat d’une «Management Company». L’Europe est le plus gros pourvoyeur.

Les statistiques de la Banque de Maurice sont catégoriques. Les investissements directs étrangers (IDE) sont en baisse de 10 % pour le premier semestre de 2018, passant à Rs 8,8 milliards contre Rs 9,7 milliards sur la même période en 2017.

L’Economic Development Board (EDB) saura-t-il mettre les bouchés doubles pour dépasser la barre des Rs 17 milliards enregistrées l’année dernière, pour l’année calendaire de 2018 ? Difficile challenge…

Toutefois, chez l’EDB, qui a la mission de faire rentrer les IDE, la confiance est de mise. «Nous pensons atteindre plus ou moins le même montant cette année», souligne une source proche du conseil d’administration.

 Ce qui saute aux yeux demeure, cependant, le montant engrangé dans la filière finance, soit un montant d’IDE de Rs 4 milliards, se rapprochant de celui du pôle immobilier qui comptabilisait Rs 4,6 milliards pour les premiers six mois de l’année.

 Doit-on comprendre que les investissements étrangers injectés dans le secteur financier pourront potentiellement faire concurrence à ceux de l’immobilier ? Ce qui, du coup, confirmerait une tendance positive appelée à perdurer. Non, soutiennent les spécialistes, qui nous renvoient au rachat de la Management Company ABAX par la société européenne Ocorian, finalisé en mars. «C’est une transaction one-off comme celle de 2017 avec SGG Group qui avait racheté l’activité offshore du groupe CIM», explique-t-on à l’EDB.

Continent africain

Une lecture attentive des statistiques de la BoM montre que l’Europe demeure le plus gros pour- voyeur d’investissements directs étrangers pour ce premier semestre, avec un montant de Rs 6 milliards. La France y contribuant à hauteur de Rs 1,2 milliard.

Outre l’Europe, le continent africain a été également actif comme générateur d’investissements à Maurice. Sans surprise, l’Afrique du Sud demeure de loin le plus gros investisseur dans cette région, avec Rs 982 millions sur un total de Rs 1,4 milliard d’investissements engrangés du continent noir.

Idem pour l’Asie du sud-est avec des investissements directs de Rs 1,3 milliard, dont la part du lion vient de la Chine avec le méga projet Jin Fei.

 Quant au flux d’investissements mauriciens à l’étranger, il se montait à Rs 1 milliard de janvier à fin août 2018, alors que pour l’année calendaire 2017, les opérateurs économiques ont investi Rs 1,4 milliard. L’Europe demeure la destination privilégiée pour les investisseurs locaux. Ils ont investi pour un montant de Rs 537 millions, soit plus que le double de l’enveloppe financière destinée à l’Afrique (Rs 261 millions) et l’Asie (Rs 219 millions). Madagascar s’est taillé la part du lion de ces investissements transfrontaliers en Afrique, avec un montant de Rs 188 millions. Le secteur manufacturier a attiré le gros des investissements mauriciens durant cette période : soit Rs 432 millions

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires