Rico L’Intelligent incontournable à Chamarel

Avec le soutien de
Le restaurant Le Barbizon est le fruit du travail de Rico L’Intelligent et de sa famille.

Le restaurant Le Barbizon est le fruit du travail de Rico L’Intelligent et de sa famille.

C’est un personnage qui restera une icône pour le village de Chamarel, quoi qu’il advienne. Rico L’Intelligent, actuel président du village, n’est pas un inconnu au bataillon. Propriétaire du restaurant Le Barbizon, il ne souhaite qu’une chose pour ceux qui habitent le village : que Chamarel ne soit pas oublié.

Âgé de 64 ans, marié et père de trois enfants, il est né et a grandi dans ce village. «Je suis né dans le village et j’y ai grandi, cela à une époque où il n’y avait pas de route asphaltée dans le village. Pour aller à l’école, il fallait marcher longtemps. Certains d’entre nous le faisaient pendant presque deux heures avant d’y arriver», se remémore le président du village de Chamarel. «C’est une époque où il n’y avait pas grand-chose autour du village, sauf des champs où presque tout le monde travaillait.»

«Après 28 ans à différents postes dans l’hôtellerie dans la région de Bel-Ombre et Chamarel, je décide en 2002 de me lancer dans la restauration à mon compte. On a commencé très petit.»

Rico L’Intelligent a assisté à la métamorphose de son village natal au fil des années, devenant le village touristique qu’il est aujourd’hui, et cela en dépit de tous les problèmes auxquels il a été confronté – de façon presque quotidienne pour certains. C’est durant les années 2000 que les changements ont commencé à s’opérer.

Rico L’Intelligent et sa famille sont déjà les propriétaires d’une petite boutique qu’il décide de transformer en petit restaurant. C’est le début de ce qui deviendra l’un des restaurants indissociables du village : Le Restaurant Le Barbizon. «Après 28 ans à différents postes dans l’hôtellerie dans la région de Bel-Ombre et Chamarel, je décide en 2002 de me lancer dans la restauration à mon compte. On a commencé très petit. À l’époque, nous vendions des minn bwi, par exemple», raconte Rico L’Intelligent.

«Il y a eu des changements au niveau du tourisme et tout le village a changé. De nombreuses personnes sont venues investir ici. Ce qui est une bonne chose d’ailleurs. Cela a donné des possibilités d’emploi à certains.»

«À cette époque, il y a eu des changements au niveau du tourisme et tout le village a changé. De nombreuses personnes sont venues investir ici. Ce qui est une bonne chose d’ailleurs. Cela a donné des possibilités d’emploi à certains», fait remarquer Rico L’Intelligent. N’empêche, «le côté quelque peu familial du village est passé au second plan».

Désormais, le restaurant Le Barbizon est très bien fréquenté et Rico L’Intelligent n’en est pas peu fier. C’est devenu une affaire de famille, sa femme, ses enfants et d’autres membres de la famille font tourner le restaurant où souvent, il y a très peu de places libres au cours de la journée.

«J’ai été élu il y a longtemps déjà. À l’époque, on m’avait proposé d’entrer au conseil du village, quand mon père, qui y était conseiller, a commencé à prendre de l’âge. Je n’ai pas accepté tout de suite parce que j’étais trop jeune.»

Mais Rico L’Intelligent n’est pas qu’un restaurateur autodidacte. Depuis sa première élection au niveau du village

en 1977, il est resté au service de Chamarel. «J’ai été élu il y a longtemps déjà. À l’époque, on m’avait proposé d’entrer au conseil du village, quand mon père, qui y était conseiller, a commencé à prendre de l’âge. Je n’ai pas accepté tout de suite parce que j’étais trop jeune. Mais depuis que je me suis présenté pour la première fois à l’élection du conseil de village de Chamarel, je me suis retrouvé au conseil à de nombreuses reprises», raconte Rico L’Intelligent.

D’indiquer qu’«il y a plusieurs choses pour lesquelles nous nous sommes battus avec les membres des conseils précédents et actuel. Et dans certains cas, nous avons obtenu gain de cause et il y a eu des changements au village». Rico L’Intelligent a assisté à la création du conseil de district de Rivière-Noire. Il en a même été le président une fois. C’était durant les années 2000.

Lors de ses premiers mandats de conseiller de village, Chamarel était encore rattaché au conseil de district de Grand-Port Savanne. Entre l’approvisionnement en eau, la remise en état des rues et ruelles et les problèmes du transport en commun, les différents membres du conseil de village ont fort à faire et Rico L’Intelligent s’en est bien rendu compte. «Pour que les choses bougent, il faut que tout le village et même le conseil y contribuent. Dans le passé, c’était avec l’aide de plusieurs personnes que nous avons pu faire avancer le village de Chamarel. Et c’est pour cela qu’aujourd’hui, nous continuons à faire tout ce que nous pouvons pour que le village soit décemment desservi par un service de transport en commun», fait-il part.

Ce qui demeure une épine douloureuse dans le pied du village de Chamarel : la desserte par autobus, qui, selon les dires des villageois, est trop souvent aléatoire. Mais Rico L’Intelligent ne baisse pas les bras. «Tant que je le pourrai, je ferai tout mon possible pour mon village.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires