Honoraires de l’ex-juge Lam Shang Leen: Me Teeluckdharry se rétracte

Avec le soutien de
Sanjeev Teeluckdharry contestait le paiement des honoraires de l’ex-juge Lam Shang Leen, qui avait présidé la commission drogue.

Sanjeev Teeluckdharry contestait le paiement des honoraires de l’ex-juge Lam Shang Leen, qui avait présidé la commission drogue.

Il a retiré sa demande d’injonction contre le paiement des honoraires du président de la commission d’enquête sur la drogue, l’ex-juge Paul Lam Shang Leen. C’est ce que Me Sanjeev Teeluckdharry a fait savoir, par le biais de son avocat, Me Ravi Rutnah, ce vendredi 28 septembre. L’affaire a été appelée devant le juge Bobby Madhub en référé ce matin.

Lors de la précédente séance, vendredi dernier, le juge Bobby Madhub avait demandé à Sanjeev Teeluckdharry en quelle capacité il voulait empêcher l’État de payer Paul Lam Shang Leen, qui est représenté par Me Joy Beeharry. L’audience avait ainsi été renvoyée à ce vendredi, pour qu’il s’explique. Sauf que l’avocat parlementaire a fini par se désister. Sollicité, Me Teelukdharry n’a pas souhaité faire de commentaire.

C’est le jeudi 6 septembre que l’avocat parlementaire a fait une demande d’injonction pour bloquer le paiement destiné à l’ex-président de la commission drogue. Dans le document déposé en Cour suprême, Me Sanjeev Teeluckdharry avait indiqué que «sa rémunération sera déboursée de l’argent du contribuable». Et d’ajouter que l’ex-juge ne l’a pas traité de façon équitable lors de ses dépositions devant la commission d’enquête. 

Depuis la publication du rapport de la commission d’enquête sur la drogue, vendredi 27 juillet, l’ex-Deputy Speaker de l’Assemblée nationale multiplie les offensives contre l’ex-juge Lam Shang Leen. Il a notamment envoyé une correspondance à Navin Beekharry, Chairman du Task Force Committee et directeur de la commission anticorruption (ICAC), et fait une déposition à la police, ciblant Paul Lam Shang Leen.

Publicité
Publicité

Le rapport de la commission d’enquête sur la drogue a été rendu public vendredi 27 juillet. Et les répercussions sont nombreuses. Le barreau notamment y est mis à mal ; les noms de plusieurs avocats, dont Me Raouf Gulbul, sont cités, la commission Lam Shang Leen recommandant des enquêtes approfondies. Le gouvernement n’est pas non plus sorti indemne. Cités dans le rapport, la ministre Roubina Jadoo-Jaunbocus et le Deputy Speaker Sanjeev Teeluckdharry ont dû «step down». Diverses institutions sont également montrées du doigt.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires