Violence conjugale: Sandhya Boygah retire sa plainte contre son époux

Avec le soutien de
La PPS Boygah avait accusé son époux Yashodhar de l’avoir violentée après une dispute survenue dimanche.

La PPS Boygah avait accusé son époux Yashodhar de l’avoir violentée après une dispute survenue dimanche.

Yashodhar Boygah, l’époux de la secrétaire parlementaire privée (PPS) Sandhya Boygah, ne fait l’objet d’aucune accusation de violence conjugale. Après l’avoir accusé lundi 24 septembre de l’avoir violentée à l’issue d’une dispute survenue dimanche, elle a retiré sa plainte mercredi 26 septembre. 

Recherché par la police, Yashodhar Boygah s’est finalement présenté au Central Criminal Investigation Department (CCID) mercredi pour s’expliquer, en compagnie de son avocat. La police, voulant avoir d’autres explications auprès de la PPS, a alors compris que cette dernière avait déjà enlevé sa plainte. 

Contactée à plusieurs reprises, Sandhya Boygah n’a pas donné suite à nos appels pour confirmer cette nouvelle. La famille de Yashodhar Boygah, résidant à Rivière-du-Rempart, est catégorique : les faits qui lui sont reprochés ne sont pas vrais. 

Selon ses proches, l’époux de la PPS peut être qualifié comme quelqu’un de calme. «On a du mal à croire ce que l’on raconte sur lui.» Des voisins, eux, décrivent Yashodhar Boygah comme quelqu’un de réservé. «C’est à peine si on l’entendait à l’époque où il vivait à Rivière-du-Rempart.»

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x