Trafic de drogue: toute la police d’Acapulco sous le coup d’une enquête

Avec le soutien de
Les cartels de la drogue auraient infiltré la police d’Acapulco.

Les cartels de la drogue auraient infiltré la police d’Acapulco.

Non, ce n’est certainement pas à Maurice que cela se passe, mais au Mexique. Et plus précisément à Acapulco. Toute la police de cette station balnéaire a été désarmée et fait l’objet d’une enquête pour trafic de drogue, suivant des soupçons d’infiltration de cartels de la drogue au sein des forces de l’ordre.

C’est la police d’État et la police militaire qui assurent la sécurité à Acapulco jusqu’à nouvel ordre. Les autorités fédérales disent avoir pris cette décision car elles soupçonnent que des cartels de la drogue ont infiltré la police locale d’Acapulco. Et aussi, en raison de l’inaction des officiers face au nombre croissant de crimes. À l’année dernière, ce taux était de 103 meurtres pour 100 000 habitants, l’un des plus élevés au Mexique.

Il faut dire qu’à Acapulco, en raison d’un manque de formation et d’un salaire dérisoire, les policiers sont une proie facile pour les barons de la drogue. Ces derniers leur offriraient de l’argent pour qu’ils soient à leur solde, et menaceraient de les tuer s’ils n’obéissent pas.

D’ailleurs, devant la situation au Mexique, des unités de police dans d’autres villes ont été démantelées pour les mêmes raisons.

À Maurice, des policiers ont été mis à mal dans le rapport de la commission d’enquête sur la drogue. L’ex-juge Paul Lam Shang Leen et ses assesseurs ont demandé une enquête appronfondie sur certains d’entre eux suivant des soupçons de complicité avec des trafiquants de drogue.

Publicité
Publicité
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x