Cannabis: des condamnations entre 1996 et 2010 rayées… en Amérique

Avec le soutien de
C’est en 2012 que la possession de cannabis a été légalisée dans l’État de Washington, aux États-Unis.

C’est en 2012 que la possession de cannabis a été légalisée dans l’État de Washington, aux États-Unis.  

Alors qu’à Maurice, l’appel pour la légalisation du cannabis se fait pressant et que nos voisins sud-africains ont dépénalisé la consommation de gandia à titre privé, à Seattle, dans l’État de Washington aux États-Unis, la justice est allée encore plus loin. Les juges ont, en effet, décidé de rayer toutes les condamnations pour possession de cannabis entre 1996 et 2010. 

Cette décision, expliquent les juges, a pour objectif de «remédier aux injustices engendrées par la lutte contre la drogue qui a surtout ciblé les gens de couleur…» Ainsi, d’ici à la mi-novembre, cette offense devrait être effacée de l’attestation de bonne conduite de plus de 542 personnes. «Une offense liée à la marijuana a trop souvent été un frein pour certains à avoir accès à un bon travail, un logement, des emprunts, l’éducation…»

C’est en 2012 que la possession de cannabis a été légalisée dans l’État de Washington. C’est d’ailleurs le cas dans huit autres États d’Amérique. Par ailleurs, 30 États aux Etats-Unis, dont Washington DC (depuis 1998), autorisent le cannabis à usage thérapeutique.

À Maurice, cependant, nous en sommes encore loin. Pourtant, les appels pour une dépénalisation de la consommation de cannabis sont nombreux, surtout avec l’ampleur que prend la drogue synthétique. «Si zordi éna prolifération sintétik, sé parski pa gagn drwa m gandia. Ban ki rod mé zot pomp baygon lor fey dité zot mé!» expliquait d’ailleurs José Rose, de l’Association socioculturelle rastafari dans un article paru dans l’express dimanche du 23 septembre.

Avec la multiplication des descentes policières, le cannabis se fait d’ailleurs de plus en plus rare. Dépendant de la qualité, il faut compter entre Rs 1 200 et Rs 3 000 pour un gramme, disent des consommateurs.

Les arrestations et condamnations à la prison sont, par ailleurs, légion. Ce qui serait l’une des causes de la surpopulation carcérale. «…Pran kont larout-la parski misié-la danzéré / toulézour zot pé trap dimounn partou koté (…) Asterla zot finn trap mwa ar enn bili mem / Mama zot pé ziz mwa / Pourtan li natirel mé zot lalwa koumsa…» disait Blakkayo dans sa chanson Reve Pénitensié, il y a plusieurs années de cela. Et qui reste d’actualité.

Publicité
Publicité
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x