Dans un collège du Sud: agressé à cause d’un «take-away» de briyani

Avec le soutien de
(Photo d'illustration) L’agresseur cherchait le «take-away» de briyani que l’élève avait reçu.

(Photo d'illustration) L’agresseur cherchait le «take-away» de briyani que l’élève avait reçu. 

Un élève de 13 ans, en compagnie de son père, a porté plainte au poste de police de Chemin-Grenier le vendredi 21 septembre pour coups et blessures reçus par deux amis de la classe. Il aurait été agressé à cause d’un «take-away» de briyani. 

Son père, un habitant de Souillac, a expliqué que ce sont les vêtements de son fils après les heures de classe qui l’ont interpellé. Il fréquente un collège privé du Sud. «Mon fils avait de la terre sur son uniforme et une trace de chaussures sur sa chemise. J’ai été choqué de constater cela. Il avait des ecchymoses sur la jambe et au front. Il arrivait à peine à marcher.»

L’adolescent a expliqué à son père qu’un professeur a remis un «take-away» de briyani au «Class Captain». «Ce dernier a remis le briyani à mon fils qui l’a partagé avec un de ses amis. Après le déjeuner, vers deux heures, l’un des garçons qui l’a agressé lui a demandé où était le briyani. Mon fils l’a répondu qu’il l’a partagé avec les autres. C’est à ce moment précis qu’il a commencé à le frapper sur la tête», 
raconte le père de la victime. 

Les deux élèves de la classe ne se sont pas arrêtés là. Ils ont continué à frapper leur camarade lorsque ce dernier a voulu rapporter le cas au bureau du responsable. Il aurait reçu un coup de poing au dos. «Mon fils a perdu l’équilibre et s’est retrouvé au sol. Les deux autres garçons lui ont donné des coups de pied à la tête.»

Le père de la victime s’est rendu au collège car son fils n’est plus en sécurité à l’école. «Le Discipline Master m’a informé que les parents des agresseurs seront mis au courant de cet incident.» L’habitant du Sud soutient ne pas comprendre pourquoi le collège ne l’a pas informé de cet incident.

Nous avons tenté d’avoir la version du collège, en vain. Le responsable était en réunion. Bien qu’on ait laissé un numéro de téléphone, il n’est pas revenu vers nous. Nous nous sommes tournés vers une source officielle de la PSEA qui nous a expliqué que le cas n’a pas encore été rapporté et qui une enquête sera initiée suivant cet incident.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires