Angola: Jean Claude Bastos et le fils dos Santos en détention

Avec le soutien de
Jean Claude Bastos est accusé de fraude, de corruption et de détournement de fonds, entre autres.

Jean Claude Bastos est accusé de fraude, de corruption et de détournement de fonds, entre autres.

Ils ont été appréhendés hier, lundi 24 septembre. Jean Claude Bastos, le fondateur et Chief Executive Officer de Quantum Global (QG), et son «ami» et partenaire d’affaires, José Filomeno dos Santos, fils de l’ancien chef d’État angolais, José Eduardo dos Santos, sont en détention provisoire en Angola. 

Selon des articles publiés dans la presse suisse, Jean Claude Bastos aurait été placé dans une prison dans un faubourg de la capitale angolaise Luanda. Les deux partenaires d’affaires sont accusés par le procureur angolais de s’être enrichis aux dépens de la population angolaise. Les charges qui pèsent sur eux incluent la formation d’une organisation criminelle, fraude, corruption et détournement de fonds, entre autres. 

Ces arrestations auraient pour origine les fonds souverains de l’Angola. En 2012, le gouvernement décide de fonder un fonds souverain angolais. Le Chairman de ce fonds est José Filomeno Dos Santos. Quelques mois après, c’est Jean Claude Bastos, à travers QG, qui est choisi pour gérer ce fonds.

Or, QG semble effectuer plusieurs placements de ce fonds souverain angolais dans des compagnies qui lui appartiennent. Par exemple, en septembre 2014, QG investit Rs 671 millions du fonds souverain angolais dans une compagnie qui s’appelle Capoinvest. En janvier 2017, elle investit encore Rs 6 milliards. La compagnie est celle de Jean-Claude Bastos.

Des investissements sont aussi faits dans d’autres compagnies appartenant à Jean-Claude Bastos, telles qu’Afrique Imo Corporation S.A ou encore Messo Mi Tchoa. En sus de recevoir de l’argent du fonds dans ses propres compagnies, le Suisse-angolais reçoit de grosses sommes en guise de Management Fees pour ses services de gestion du fonds souverain. En 2014, il obtient Rs 973 millions.

Plus récemment, le nom de Jean-Claude Bastos a été mêlé à une affaire de transfert frauduleux. En effet, $ 500 millions (environ Rs 16,8 milliards) auraient été transférés du fonds souverain angolais par José Filomeno Dos Santos sur un compte à Londres. Les autorités angolaises enquêtent sur ce transfert qu’elles ont entre-temps récupéré. Mais QG nie vigoureusement être impliqué dans cette transaction.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires