Champion du monde junior: Warren Robertson, «un exemple pour les jeunes kickboxers»

Avec le soutien de
Warren Robertson a été déclaré vainqueur à l’unanimité des trois juges.

Warren Robertson a été déclaré vainqueur à l’unanimité des trois juges.

Pari gagné pour Warren Robertson. Le tireur de Stanley est le champion du monde junior des -54 kg. Il a été sacré dans le tournoi low-kick, samedi après-midi, 22 septembre, au Palazzo Del Turismo à Jesolo.

C’est en battant le Turc Fevzi Kurt qu’il a confirmé ce que l’entraîneur national, Judex Jeannot, avait prédit depuis plusieurs mois. Le Mauricien a été déclaré vainqueur à l’unanimité des trois juges (11-11, 13-7, 9-6). Une délivrance au terme d’un combat âprement disputé.

Car, fait inattendu, le Turc a donné bien plus de difficultés que prévu à notre compatriote. «Il s’est révélé plus costaud qu’on avait imaginé. C’est une nale et c’est normal qu’il se batte», avoue Fabrice Bauluck.

Stania Rathbone, médaille de bronze (-52 kg) et le champion du monde des -54 kg, Warren Robertson, avec le président de la WAKO Africa Zone 5, Aslam Mohamed.

Le triomphe de Warren Robertson face à un valeureux adversaire rend son partenaire d’entraînement doublement fier. «Si Warren décroche une victoire à l’unanimité, c’est en raison de sa remontée au troisième round», explique-t-il.

Dès le premier round, le Mauricien séduit deux des juges mais le troisième se montre moins enthousiaste. Ce dernier accorde même trois points d’avance au Turc au terme de la première manche (6-9). Au troisième round, Warren égalise (11-11). «C’est en ayant marqué le plus grand nombre de touches sur ce dernier round que ce  juge le désigne vainqueur», dit Fabrice Bauluck.

Pour les deux autres juges du combat, l’écart est plus grand. Le juge numéro 3 lui accorde 9 points contre 6 alors que le juge numéro 2 lui octroie 7 points d’avance (13-7).

Quelque peu timide au début de l’échange, Warren Robertson a su occuper l’espace. «Il est sorti progressivement de sa réserve et a élevé son niveau de boxe. Il a parfaitement exécuté ses combinaisons pieds-poings. Grâce à sa vitesse d’exécution et une boxe très uide, il a été plus efcace que son adversaire», analyse Fabrice Bauluck.

Pour lui, le Mauricien mérite amplement cette consécration. «Il a beaucoup travaillé pour ça. Il a fait les choses étape par étape. Ses sacrices ont payé. Maintenant qu’il est champion du monde chez les juniors, une porte s’ouvre pour lui», assure Fabrice Bauluck en pesant ses mots.

Le tireur sait de quoi il parle.  Il est l’actuel champion du monde de la catégorie chez les seniors et c’est aussi en Italie qu’il s’est révélé en 2004. Il avait été couronné chez les -51 kg avant de confirmer chez les -54 kg deux ans plus tard.

«La relève est assurée. Warren Robertson est l’exemple dont doivent s’inspirer les kickboxers de la nouvelle génération», déclare Isabelle Jeannot. La présidente de la Fédération mauricienne de kick-boxing est confiante. «Après Fabrice Bauluck et James Agathe, il y aura d’autres tireurs pour porter les couleurs de Maurice au plus haut niveau», note la dirigeante.

Douze ans après les championnats du monde juniors tenus en Croatie, Warren Robertson devient le deuxième champion du monde mauricien chez les juniors. «Et il est appelé à devenir l’un des meilleurs tireurs de la World Association of Kick-boxing Organisation», présage Fabrice Bauluck.

Comme lui, le tireur, qui passe chez les seniors le mois prochain quand il fêtera ses 19 ans,  devra confirmer chez les seniors. Mais comme l’a fait remarquer Isabelle Jeannot : «Warren a fait ce qu’on attendait tous de lui», il le fera certainement pour ces prochaines échéances.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires