Que sont-ils devenus ? Parama Valaydon: «Le secteur financier a démocratisé la gestion de la richesse»

Avec le soutien de
Parama Valaydon, ancien cadre de la BAD et ex-président de la SMEDA.

Parama Valaydon, ancien cadre de la BAD et ex-président de la SMEDA.

Il a été l’un des premiers Mauriciens à se spécialiser en économétrie. Parama Valaydon se dévoue aujourd’hui à la flûte carnatique. Sans, pour autant, détourner son regard du monde économique.

Dès qu’on parle de musique carnatique à Parama Valaydon, sa fibre artistique prend le dessus. L’économiste, aujourd’hui âgé de 76 ans, oublie chiffres, théories et modélisation. Ancien haut cadre de la Banque africaine de développement (BAD) et ex-président de la Small and Medium Enterprises Authority (SMEDA), il consacre presque tout son temps à la pratique de la flûte carnatique.

«Je suis habité par une passion pour la flûte depuis mon enfance. Je me rappelle toujours du premier instrument, peu coûteux, que mon père m’avait offert en cadeau quand j’étais encore à l’école primaire», dit le septuagénaire sur le ton de la confidence.

Il évoque tour à tour l’apprentissage poussé de son art à Chennai, ses cours de solfège au Conservatoire François Mitterrand, ses récitals aux États-Unis et son cheminement musical avec son ami d’enfance, Gérard Télot. Ce dernier, enfant de Stanley comme Parama Valaydon, est rentré au pays après une carrière au sein de la London Symphony Orchestra.

Le flûtiste s’émeut que son art ne soit pas enseigné dans les établissements mauriciens. «La musique carnatique n’est pas abordée au Mahatma Gandhi Institute», regrette Parama Valaydon.

Malgré sa passion dévorante, celui qui a eu une longue et fructueuse carrière dans la finance continue à observer le monde économique. Il suit avec attention l’évolution du secteur financier. L’ancien cadre de la BAD est très optimiste pour la juridiction mauricienne. «Nous avons l’infrastructure, le cadre légal, la stabilité politique et le savoirfaire pour séduire et satisfaire les investisseurs de l’économie mondialisée.»

Parama Valaydon trouve égalementd’autres vertus au nouveau pilier de l’économie mauricienne. «Le secteur financier a démocratisé la gestion de la richesse. Aujourd’hui, de nombreux professionnels, qui ne viennent pas de la minorité possédante, sont des acteurs économiques de premier plan.»

Création d’emplois directs

L’expert souligne l’apport du secteur financier en termes d’emplois directs bien rémunérés, entre autres. «La Global Finance est une rivière qui passe. Elle laisse dans son sillage beaucoup de bienfaits.»

Que de chemin parcouru par ce proche du MMM au début des années 70. Puis sont venues les années d’études à la prestigieuse London School of Economics (LSE). Parama Valaydon est l’un des premiers Mauriciens à se spécialiser en économétrie.

Une fois rentré au pays, il est affecté à la direction de la section Petites et moyennes entreprises (PME) de la Development Bank of Mauritius (DBM). Après quelques années, il met le cap sur le continent africain. Il intègre la BAD et finit conseiller de Donald Kaberuka, le président de l’institution.

Au début des années 90, Parama Valaydon rentre à Maurice. Il exerce comme consultant pour la Banque mondiale et d’autres organismes internationaux. Il est aussi chargé de mission à la Commission de l’océan Indien.

Bien vite, le professionnel de l’économie est sollicité pour apporter son savoir-faire au service public. C’est ainsi qu’en 1996, Parama Valaydon devient conseiller au ministère de l’Industrie. Plus tard, il est nommé président du conseil d’administration de l’Indian Ocean International Bank (IOIB). Il affiche sa fierté «d’avoir pu mener à bien la fusion entre l’IOIB et la State Bank of India».

C’est en 2015 que Parama Valaydon est nommé à la présidence de la SMEDA. Ce sera sa dernière mission au sein d’un organisme public. Maintenant priorité à la musique, semble dire l’économiste à la carrière bien remplie.

Son parcours

  • 1974 : Retour au pays après des études à la LSE
  • 1974-79 : Responsable des PME à la DBM
  • 1979-1996 : Cadre à la BAD
  • 1996-2000 : Conseiller au ministère de l’Industrie
  • 2002 : Président du CA de l’IOIB
  • 2005 : Bourse pour apprendre la musique carnatique à Chennai
  • 2015 : Président de la SMEDA
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires