Le DPP plaide en faveur des consommateurs

Avec le soutien de
Pour Me Satyajit Boolell, il est temps de mettre en place un nouveau régime de protection des consommateurs.

  Pour Me Satyajit Boolell, il est temps de mettre en place un nouveau régime de protection des consommateurs.  

Dans la 85e édition de la newsletter du bureau du Directeur des poursuites publiques (DPP), Me Satyajit Boolell revient sur la protection des consommateurs. Selon lui, il est temps de revoir les lois pour permettre aux consommateurs de faire respecter leurs droits.

Certes, les lois protègent les consommateurs des publicités mensongères et autres risques de santé, mais elles sont fragmentées et, de ce fait, difficiles à appliquer. Le DPP cite en exemple l’industrie de l’alimentation. «Nous sommes gavés d’exhausteurs de goût, graisses et d’organismes génétiquement modifiés. Ce n’est pas une surprise que le Mauricien moyen est soit un patient cardiaque, soit souffre de diabète, d’hypertension ou d’obésité», affirme-t-il.

De plus, tout le paysage du commerce a changé et est en constante évolution, surtout avec l’explosion de l’achat en ligne. Ces consommateurs ne peuvent pas vérifier le produit en amont, ne savent pas toujours qu’ils achètent et font face aux risques de vols de données bancaires, ce qui les rend plus vulnérables. «L’internet a enlevé les barrières nationales et géographiques et il est difficile de faire appliquer une loi mauricienne contre un fournisseur étranger.»

Certes, en 2010, la Law Reform Commission (LRC) avait fait un rapport sur les lacunes des législations sur la protection des consommateurs, mais cela n’a jamais été mis en application. Dans ce rapport, la LRC avait suggéré un système de réparation accessible, avec une structure composée de professionnels des secteurs économique et social. Une proposition qui reste d’actualité et aiderait les consommateurs mauriciens.

«Nous devons aussi nous assurer que les contrats n’excluent plus les droits des consommateurs dans le cas où le fournisseur n’est pas à la hauteur. Il faut aussi que le consommateur qui ne respecte pas ses obligations ne soit pas facturée de manière disproportionné», précise le DPP.

Face à tous ces défis, Me Satyajit Boolell estime qu’il est temps de mettre en place un nouveau régime de protection des consommateurs.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires