Port-Louis: la gare Victoria rasée dans deux mois

Avec le soutien de
Une des propositions faites par la NTA, hier, est que la CNT garde ses autobus à la Rue La Poudrière.

Une des propositions faites par la NTA, hier, est que la CNT garde ses autobus à la Rue La Poudrière.  

Les travaux de l’Urban Terminal obligent, la gare Victoria sera complètement démolie en novembre. C’est ce qui ressort d’une réunion interne organisée à la NTA, hier.

La construction de l’Urban Terminal commence à prendre forme. Et les opérateurs du transport public devront vider les lieux incessamment. Car la gare Victoria sera rasée à la fin de novembre. C’est, du moins, ce qui a été annoncé lors d’une réunion interne tenue à la National Transport Authority (NTA), à Cassis, hier.

À noter que le bâtiment en pierre qui abritait autrefois la NTA sera préservé et restauré. Ce bâtiment «historique» sera intégré aux infrastructures modernes de l’Urban Terminal. Ce projet devrait coûter aux alentours de Rs 1,5 milliard. Par ailleurs, c’est le consortium General Construction-IBL-Innodis-Promotion and Development-RHT Bus Services Ltd-Transinvest Construction, qui a obtenu le contrat.

Ce projet devrait coûter quelque Rs 1,5 milliard.

«Lors de cette rencontre, nous avons suggéré aux opérateurs de nous proposer les lieux où ils auraient aimé opérer dans la capitale», indique-t-on à l’hôtel du gouvernement. Notre source souligne que tous les transports et marchands devront libérer le site de construction. De faire ressortir que les opérateurs de la NTA ont déjà effectué une site visit à La Saline. «Cet endroit est assez vaste et pourrait accueillir les autobus. Nous nous sommes aussi mis à la recherche d’un espace pour stationner les taxis qui opèrent à la gare Victoria. Ces projets sont à l’étude.»

Justement, une proposition a été faite aux opérateurs de la Corporation nationale de transport (CNT) à l’issue de la rencontre d’hier, poursuit notre source, soit une aire de stationnement à la rue La Poudrière. «Mais nous comptons plusieurs lignes», indiquet-on à la CNT. Ce n’est que d’ici deux semaines qu’ils devraient être fixés sur le relogement des autobus. Du côté de l’United Bus Service, on ne veut pas se prononcer. «La direction ne veut rien dire pour le moment. En temps et lieu,on communiquera…», fait-on valoir.

Sollicité, le président de la Bus Industry Traffic Officers Union, Parmanand Runglall, déplore le manque de communication entre les opérateurs et les responsables de ce dossier. «Nous n’avons rien contre le projet de l’Urban Terminal. Mais on se demande où le gouvernement pense caser plus de 400 autobus au quotidien. Zot pé akséler travay zot, mé nou pa konn nanié.» Parmanand Runglall prévoit de demander plus de renseignements sur ce sujet, de concert avec d’autres syndicats de transport, d’ici la fin de la semaine.

Marchands ambulants : les options de relocalisation jalousement gardées

Avec la fin de l’année qui approche à grands pas, les marchands ambulants de la place Victoria sont inquiets. Ils ne savent pas où ils seront relocalisés. Et espèrent qu’une solution sera vite trouvée. À l’instar de Nawaz Khodadin. «C’est à peine si nous arrivons à couvrir nos frais. Nous avons déjà puisé dans nos économies», déplore-t-il. De préciser que la municipalité devrait les

placer au jardin de la Compagnie. De son côté, le lord-maire, Daniel Laurent, ne veut piper mot sur les options qui s’offrent à lui. «Je peux juste vous dire que nous travaillons sur ce projet. C’est quelque chose qui nous tient à cœur. Nous connaissons la crainte des marchands ambulants. D’ici peu, nous allons leur faire connaître notre décision.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires