Jean Jacques Arjoon: «Nous avons crevé l’abcès de la drogue à Tamarin»

Avec le soutien de

En avril dernier, les habitants de Tamarin ont décidé de s’attaquer aux problèmes de la drogue. Jean Jacques Arjoon a été un des organisateurs du mouvement, avec l’aide des Forces vives du village dont il fait partie.

À la réunion d’avril, plusieurs idées ont été émises et il y a eu des réactions sur ce qui pouvait être fait, dont une marche, pour endiguer le fléau de la drogue dans le village. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Nous avons pu aujourd’hui ralen- tir la présence de la drogue dans le village de Tamarin. Entre cette réunion et la marche pacifique en mai, nous avons réagi comme un village uni. Et la marche a attiré beaucoup de monde dans le village, ce qui a permis de crever l’abcès de la drogue à Tamarin et de faire avancer le combat contre la drogue synthétique, qui était un fléau ici

Quelles ont été les retombées directes de la marche donc ?

Dans un premier temps, avec l’abcès crevé, les familles dont des membres étaient victimes de la drogue synthétique n’ont plus eu honte. Elles ont accepté qu’il y avait un problème et sont venues chercher du se- cours pour aider les leurs. Il nous faut souligner cela car c’est un pas en avant pour eux. Nous avons aussi réussi à limiter l’impact des dealers. Avec tout le village uni pour mettre un terme au fléau de la drogue synthétique, nous avons pu ralentir sa progression à Tamarin. Et cela a même conduit à l’arrestation d’un dealer. Le village ne veut plus de la drogue synthétique mais nous avons encore du chemin à parcourir.

Beaucoup de monde était présent lors des réunions : députés, membres du conseil de village… Comment s’organise la résistance face à la drogue, comment travaillez-vous ensemble ?

Les forces vives travaillent en partenariat avec le conseil de village de Tamarin. Nous lui avons rappelé qu’il a un certain pouvoir législatif en tant que conseil de village. Nous voulons que les projets en cours aient un effet positif sur le village de Tamarin. Et que tout le monde y trouve son compte. Mais surtout que la drogue ne fasse plus de ravage à Tamarin.

À quoi faut-il s’attendre dans les mois à venir ?

Toujours le même combat contre la drogue synthétique.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires