Sanjeev Teeluckdharry tient à nouveau tête au Bar Council

Avec le soutien de
Sanjeev Teeluckdharry continue à s’opposer au Bar Council.

Sanjeev Teeluckdharry continue à s’opposer au Bar Council.

Une semaine lui a été accordée pour s’expliquer devant le Bar Council. Or Me Sanjeev Teeluckdharry ne compte pas se plier à la sommation du Conseil de l’ordre des avocats.

L’ex-Deputy Speaker, qui a démissionné dans le sillage de la publication du rapport de la commission d’enquête sur la drogue, a fait parvenir une correspondance au Bar Council hier, jeudi 13 septembre. L’avocat y indique qu’il compte se prévaloir de son droit de faire appel sous l’article 13(5) de la Maurtius Bar Association Act. Me Sanjeev Teeluckdharry réclame la tenue d’une assemblée générale spéciale dans un délai de 21 jours.

Hier, le Bar Council lui avait envoyé une lettre pour lui donner un moratoire d’une semaine afin d’expliquer pourquoi il ne devrait pas être suspendu pour violation du code d’ethique des avocats. Les faits qui lui sont reprochés remontent au vendredi 27 juillet. Face à la presse, Me Sanjeev Teeluckdharry s’en était pris à l’ex-juge Paul Lam Shang Leen et avait menacé de jeter le rapport de la commission d’enquête sur la drogue à la poubelle.

Depuis, l’avocat parlementaire multiplie les offensives contre l’ex-juge Lam Shang Leen. Dans une correspondance au directeur général de l’ICAC, Navin Beekharry, qui préside le Task Force Committee, Me Sanjeev Teeluckdharry a fait de graves allégations contre l’ex-juge, réclamant une enquête sur lui.

Par la suite, l’ex-Deputy Speaker a déposé une plainte pour complot contre Paul Lam Shang Leen au poste de police de Pope-Hennessy, mardi 28 août. Il s’est notamment appesanti sur le fait que Navin Ramgoolam n’a pas été convoqué par la commission d’enquête sur la drogue, bien que Rs 220 millions aient été retrouvées dans ses coffres-forts à son domicile à Riverwalk en février 2015.

Raison pour laquelle il a demandé à la police de scruter les relevés téléphoniques de l’ex-juge ainsi que ceux de Sam Lauthan et du Dr Ravind Kumar Domun, les deux assesseurs de la commission drogue. «Il faut savoir s’il y a eu des communications avec Navin Ramgoolam ou Nandanee Soornack, voire d’autres proches du Parti travailliste.»

Ce n’est pas tout. Me Sanjeev Teeluckdharry a également fait une demande d’injonction en Cour suprême pour faire bloquer le paiement des honoraires de l’ex-juge Lam Shang Leen, qu’il accuse d’être «en compétition directe» avec lui.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires