Tour de Maurice: «alliance sud-africaine» contre l’équipe mauricienne

Avec le soutien de
Le cycliste Christopher Lagane

Le cycliste Christopher Lagane

Christopher Lagane s’est battu comme un lion pour conserver ses chances de remporter le Tour de Maurice lors de la 3e étape, hier, jeudi 13 septembre. La sélection Maurice-MCB ayant été la cible de plusieurs attaques de la part de ses adversaires, son leader s’est retrouvé esseulé à un moment crucial de la course. Il a néanmoins pu limiter la casse et ne concède que 36 secondes au leader du classement général, Gustav Basson.

Comment s’est déroulée cette étape reine pour vous?

C’était dur. On a demandé à Jeanito André et Adriano Azor de rouler au début pour contrôler la course. Et puis quand on est arrivé dans la première montée de Chamarel, on a assuré un tempo sans aller trop vite. On ne voulait pas avoir un groupe trop conséquent au sommet.

Mais par la suite, vous avez subi plusieurs attaques…

En fait, Clint Hendricks a attaqué à un moment et vu qu’il était dangereux au général, Dylan (Redy) s’est mis à la planche pour que l’écart ne se creuse pas trop. D’ailleurs, je le remercie pour le travail qu’il a accompli.

Dans la seconde montée de Chamarel, les attaques ont recommencé. Comment avez-vous réagi à ce moment-là? Déjà, sur la côte, les Pro Touch se sont retrouvés en sur

nombre. Il y a eu une alliance sud-africaine contre nous. Nous nous sommes mis à bloc pour refermer à chaque fois. Mais nous avons laissé beaucoup d’énergie en ce faisant. A un moment, je me suis retrouvé esseulé.

Vous avez quand même bien résisté dans la dernière partie de la montée de Plaine Champagne…

Oui, je termine troisième de l’étape. J’ai limité la casse.

Que prévoyez-vous pour la journée de ce vendredi 14 septembre?

Il y a d’abord le contre-la montre individuel le matin. Il sera décisif. J’espère avoir bien récupéré. Puis, il y aura un circuit ou il est possible de se faire piéger l’après-midi. Ce ne sera pas facile.

Vous gardez quand même espoir de remporter le Tour?

Tant que l’on n’a pas traversé la ligne d’arrivée finale, ce n’est pas fini. On verra comment seront les jambes aujourd’hui déjà.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires