Photographie: les nouveaux Nikon «mirrorless» bientôt à Maurice

Avec le soutien de
Tendance suivie par Nikon et Canon respectivement.

Tendance suivie par Nikon et Canon respectivement.

Sony a été le premier au monde à dévoiler une caméra Full Frame «mirrorless». Tendance suivie par Nikon et Canon respectivement. Pourquoi le «mirrorless» est-il le must du moment ?

Nikon a mis les petits plats dans les grands lors de la présentation de ses appareils photo hybrides. Il s’agit du Z6 et du Z7, qui ouvrent une nouvelle ère chez le géant japonais de la photographie. Ces appareils sont en full frame, avec un capteur 24 x 36, ce qui va permettre de prendre jusqu’à deux fois plus d’images et de détails. La particularité de cette nouvelle famille d’appareils photo, c’est la fonctionnalité «mirrorless» et elle incorpore le capteur Nikon FX CMOS avec le processeur d’imagerie EXPEED 6.

Le «mirrorless», c’est quoi ? Sony avait amorcé ce virage hybride avec sa gamme alpha. Lors d’une prise de vue, la lentille va prendre l’image et la refléter via un miroir qui va rendre visible l’image dans le viseur. C’est différent d’un Digital Single Lens Reflex qui utilise un miroir. 

Au rayon design, les boîtiers des nouveaux Z7 et Z6 sont finalement assez proches de la série A7 de Sony. L’ensemble reste assez classique et fonctionnel. Or, Nikon produit là un appareil plus imposant que la gamme de Sony.

L’utilisateur a des choix des modes d’exposition (PSAM) qui disposent de trois modes personnalisables. À droite de l’imposant viseur, il y a un écran Oled de rappel pour afficher l’essentiel (ISO, ouverture, temps de pose, batterie, rafale…). La poignée n’est pas sans rappeler celle des réflexes. Il y a aussi le levier de mise sous tension et trois commandes pour la vidéo, la sensibilité ISO et le correcteur d’exposition. Les deux molettes de réglages avant/arrière sont également de la partie.

Tendance suivie par Nikon et Canon respectivement.

Le Z6 est équipé d’un capteur de 24,5 Mégapixels, avec une sensibilité ISO de 100 à 51 200. Cet appareil standard peut filmer en 4K-UHD sans pixellisation. Tandis que pour le Z7, le modèle premium, vient avec un capteur de 45,7 Mégapixels, avec une sensibilité ISO de 6 à 25 600.

Ces deux appareils photo hydrides ont des points focaux pouvant couvrir 90 % de l’image. Sur le Z6, il y a 273 points et le Z7, 493 points. La technologie incorporée permet à la caméra de passer à un focus en mouvement et un focus d’un objet ou d’un paysage immobile. Ainsi, le Nikon passe de la phase détection au contrast detection grâce à un algorithme développé par le Japonais.

La technologie Expeed 6 permet de faire des rafales à 9 images par seconde avec le Z7 et 12 images par seconde avec le Z6, avec le suivi autofocus. La mémoire tampon, quant à elle, autorise le stockage de 19 clichés RAW (non compressés), ce qui est un peu léger. En JPEG Fine, il faut compter 27 images avant de remplir le tampon. L’EXPEED 6 permet d’avoir de bons clichés grâce aux lentilles NIKKOR Z et NIKKOR F. Au niveau des effets, il y a une vingtaine de fonctionnalités.

Pour les amateurs de photographie, la fonction «mirrorless» prend tout son sens. Il n’y a plus un affichage mécanique mais électronique. Le viseur électronique a été fait grâce à un écran OLED qui possède 3 millions de points. Toutes les fonctionnalités peuvent s’afficher. En sus de cela, Nikon garde son écran arrière pour voir ses clichés.

Pour filmer, Nikon garanti une qualité en 4K UHD. Le Z6 et la Z7 proposent une qualité d’image de 3 840 pixels par 2 160 pixels, soit 30p et le Full HD dans un format 120p. À savoir que les boîtiers enregistrent au format HDTV 1080p de 24 à 60 images par seconde (ips) et permettent la réalisation de ralentis fluides avec un mode 120 ips.
 
Notez qu’il est également possible de filmer en UHD de 24 à 30 ips. Parmi les options lors du tournage, on retrouve l’Active D-Lighting, l’electronic vibration reduction, et le focus peaking. Les pros de l’image sauront en faire grand usage.

Les Z6 et Z7 offrent une belle panoplie de connectique, avec une entrée microstéréo, une sortie casque, une prise USB de type C, une sortie HDMI de type D et une prise pour un déclencheur filaire.

Les boîtiers disposent d’un module Bluetooth et des fonctionnalités SnapBridge pour transférer facilement les images vers un smartphone ou une tablette sans consommer trop d’énergie. Les transferts Wi-Fi devraient être logiquement plus rapides. Bon point, il sera possible de piloter l’hybride à partir d’un ordinateur. Attention, le stockage des fichiers est confié à une carte au format XQD.

C’est donc une toute nouvelle monture qui fait son apparition chez Nikon : la monture Z. Trois lentilles font aussi leurs apparitions, soit le standard NIKKOR Z 24-70 mm, avec une ouverture f/4, suivi du NIKKOR Z 35 mm, avec une ouverture f/18 S, soit le grandangle, et le NIKKOR Z 50 mm avec ouverture f/1.8 S. À savoir que l’adaptateur FTZ permet d’utiliser des lentilles de Nikon de 1959 à ce jour.

Nikon va commercialiser le Z7 dès le 27 septembre, à 3 699 euros (environ Rs 146 300), sans lentille. Alors que le Z6 sera sur le marché vers novembre et coûtera 2 299 euros (environ Rs 90 000). À Maurice le Z7 est attendu vers la fin d’octobre et début novembre. C’est Mimosa Studio, représentant de la marque, qui était au Japon fin août, pour le lancement. Les précommandes sont déjà ouvertes.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires