Victime d’un accident: «Akoz mo enn ansien drogué mo pa gagn drwa réklam lazistis?»

Avec le soutien de
Ludovic Louis, 40 ans, se retrouve cloué sur un lit d’hôpital depuis juillet

Ludovic Louis, 40 ans, se retrouve cloué sur un lit d’hôpital depuis juillet

Il avait entamé une nouvelle vie. Loin des démons de la drogue. Mais le 19 février 2017, sa vie a de nouveau bascule suivant un accident de la route. Ludovic Louis, 40 ans, ne s’attendait pas à devoir traverser une telle épreuve. Assis sur son lit d’hôpital, il raconte.

Il y a plus d’un an, en allant chercher ses instruments de musique chez une de ses tantes à Grand-Baie, Ludovic se fait renverser par une voiture. «Mo’nn tann enn tapaz, mo’nn viré mo’nn trouv enn loto vini bat ar mwa ek li’nn al aret pli divan.»

Alors qu’il est toujours à terre, sonné, il voit arriver les secours, les badauds, la famille. Il se retrouve dans l’ambulance, tandis que certains de ses proches se rendent à la station de police pour porter plainte. La personne qui l’a heurté, elle, a déjà donné sa déposition, c’est un Réunionnais apprendra-t-il plus tard.

Ludovic ne l’a jamais rencontré d’ailleurs. Car depuis l’accident, la police n’a jamais voulu, selon ses dires, prendre sa déposition ou initier une enquête. Le corps en a pris un sale coup, le moral aussi.

Son pied droit ne guérit toujours pas. Il a dû de nouveau être hospitalisé en juillet. Toutes les fêtes, il dit les avoir passées sur son lit d’hôpital. «Mo’nn fer kat lopérasion, mo lipié inn vinn kourt, li pa pé bien, mo népli kapav marsé.»

Ludovic a l’impression d’être victime d’un double coup du sort, la poisse le poursuit. «Kifer mo pa gagn drwa réklam la zistis mwa? Kifer lapolis pa oulé pran mo dépozision? Akoz mo enn ansien drogué?» Il assure pourtant qu’il est «clean» depuis six ans. «Mo lavi avan aksidan ti zis al pran mo méthadone, travay et zwé lamizik… Mé la, nanyé mo pa kapav fer.»

Sa mère Anne-Marie n’arrête pas de faire le va-et-vient entre l’hôpital et le poste de police, espérant que les officiers acceptent enfin de la prendre au sérieux. «Mo’nn fatigé fer alé vini stasion. Zot dir zot pou vinn pran so dépozision lopital mé zamé zot inn vini…»

Sollicitée au sujet de ce cas, la police n’a pas souhaité faire de commentaire ni donner d’information. Entre-temps, Ludovic, lui, attend toujours.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires