Commission Caunhye: révélations sur l’équipe personnelle de Gurib-Fakim

Avec le soutien de
L’ex-présidente de la République se rendant à la commission Caunhye hier, jeudi 6 septembre.

L’ex-présidente de la République se rendant à la commission Caunhye hier, jeudi 6 septembre.

Le franc-parler du secrétaire à la présidence n’a pas laissé insensible dans la salle d’audience, hier jeudi 6 septembre. À commencer par le Puisne Judge Asraf Caunhye, lui-même, qui, avant de lever la séance, a dit tout haut ce que tout le monde pensait tout bas. C’est-à-dire que Motichand Seebah a révélé des «sensitive information» sur certains employés de la State House sous l’ère Gurib-Fakim.

Le secrétaire permanent Motichand Seebah est affecté comme secrétaire à la présidence depuis le 15 mai 2017. Il est devenu le quatrième chef administratif – après Dass Appadu, Nirmala Bheenick et Nema Devi Goorah, outre un Officer-in-Charge, dans les trois années de présidence d’Ameenah Gurib-Fakim.

«Quand je suis arrivé, elle a dit qu’elle a une équipe personnelle qui travaille directement avec elle, même si administrativement, c’est à moi que ces personnes doivent répondre.»

Appelé à la barre des témoins, il a répondu du tac au tac à toutes les questions du président Caunhye. D’abord, sur le fonctionnement administratif de la State House, Motichand Seebah a révélé que l’ex-présidente avait une équipe dédiée de cinq personnes menée par Sadna Seechurn et qui comprenait Mme Parsuramen, M. Kodabaccus, Mme Venkatapillay et Rachna Seenauth. Cette dernière est celle qui suit l’ex-cheffe de l’État comme son ombre à chacun de ses déplacements en Cour suprême pour la commission Caunhye.

Le secrétaire permanent Motichand Seebah (c.) a déclaré qu’Ameenah Gurib-Fakim avait une équipe dédiée menée par Sadna Seechurn (à g.) et comprenant Rachna Seenauth (à dr.), officiellement «Assistant Maintenance Officer».

«Quand je suis arrivé, elle a dit qu’elle a une équipe personnelle qui travaille directement avec elle, même si administrativement, c’est à moi que ces personnes doivent répondre», a fait ressortir Motichand Seebah.

Sur les deux communiqués émis par la présidence dans le sillage de l’affaire Platinum Card – soit, celui répondant aux «allégations» et celui de la commission d’enquête mort-née, le chef administratif répond d’un «I am not aware of these communiqués. I was not at all involved in the process. I came to know of both on the radio in the afternoon». 

Pourtant, tout doit passer par lui pour qu’il donne son aval. «As in all ministries, everything must be cleared by the minister or the president and the administrative head. Then it goes to the press.» Le bureau de l’Attorney General a-t-il été sollicité dans tout cela ? «Non, je ne suis pas au courant», répond Seebah.

Ajoutant à une autre question que les procédures n’ont pas été suivies. Comme, avoir le feu vert du Conseil des ministres avant de mettre sur pied une commission d’enquête et que tout doit être avalisé par le Solicitor General. Ce, alors qu’Ameenah Gurib-Fakim était au courant des procédures puisque d’autres commissions avant celle-ci ont été instituées sous son règne. Celle sur la drogue, notamment, dit-il.

«I am not aware of these communiqués. I was not at all involved in the process. I came to know of both on the radio in the afternoon.»

Sur la gestion du site Internet ainsi que de la page Facebook de la State House, Seebah révèle que la System Analyst de la Central Information Systems Division – département responsable de la mise à jour des sites Internet des ministères et du bureau de la présidence, qui était affectée à la State House, a été relevée de ses fonctions par Dass Appadu en septembre 2016. Et que c’est Rachna Seenauth, officiellement Assistant Maintenance Officer, qui devait se charger, avec le département Entretien, des réparations et entretiens des bâtiments au Réduit, qui a pris le relais pour mettre à jour le site Internet.

«Ses responsabilités étaient de s’assurer de l’entretien mais elle le faisait rarement», lance Seebah. Présente dans la salle d’audience, à côté de l’ex-présidente, comme à l’accoutumée, Rachna Seenauth fronce les sourcils, comme stupéfaite.

Les révélations la concernant sont loin d’être closes car Seebah ajoute que c’est aussi elle qui a créé, de son propre compte, la page Facebook officieuse de la présidence. Et que c’est la petite équipe personnelle de Gurib-Fakim qui avait accès à cette page. Page qui est inactive depuis la démission de l’ex-présidente.

Motichand Seebah devra revenir jeudi prochain, 13 septembre, à la reprise des travaux pour fournir des détails sur le personnel du département finances de la State House, entre autres paiements du Planet Earth Institute pour les missions et les per diem.

La Barclays confirme que l’ex-présidente a remboursé ses dépenses

Quatre copies des échanges entre Ameenah Gurib-Fakim et la banque, en mars 2017, ont été produites, hier. Ces preuves à l’appui, Jessen Nundoosing, représentant de la Barclays, a affirmé que l’ex-présidente a bel et bien remboursé ses dépenses faites par le biais de la carte de crédit Platinum que lui avait octroyée l’ONG Planet Earth Institute (PEI). 

«Nous avons reçu un courriel d’Ameenah Gurib-Fakim, le 3 mars 2017, donnant des instructions au Relationship Manager de la banque d’effectuer le remboursement de la carte du PEI en toute urgence.» À la question du juge Caunhye sur la provenance de ce paiement, le représentant de la Barclays répondra qu’il s’agit du compte personnel de l’ex-présidente. 

Asraf Caunhye a voulu en savoir plus sur ce compte bancaire. Jessen Nundoosing a indiqué que celui-ci a été ouvert en 2013 par Ameenah Gurib Fakim. Le compte est passé d’une balance de zéro roupie à l’époque, pour excéder les Rs 2,3 millions en 2015, a-t-il fait ressortir. Somme qui provenait de ses «salaires», a avancé le représentant de la Barclays.

Le trophée qui intrigue

Entendu par le triumvirat de la commission Caunhye, hier, le directeur des douanes, Vivekanand Ramburun, a fourni une liste détaillée des importations effectuées par l’ex-présidente de la République. De cette liste, on retiendra un trophée en provenance des Émirats arabes unis ainsi que des mascaras, shampooings et parfums.

Publicité
Publicité

Un nouveau scandale défraie la chronique depuis le mercredi 28 février à Maurice. Cette fois-ci cela concerne ni plus ni moins la garante de notre Constitution, son excellence Ameenah Gurib-Fakim, présidente de la République. Elle a dépensé plusieurs centaines de milliers de roupies pour des achats personnels, entre autres, sur une carte de crédit Platinum offerte par la Planet Earth Institute, la fondation d’Álvaro Sobrinho, homme d’affaires angolais hautement controversé. Retrouvez tous les articles concernant cette affaire dans notre dossier spécial : Platinum Card. Une enquête exclusive de l’express.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires