Allemagne-France: «On a fini le match à l’énergie» estime Deschamp

Avec le soutien de
Le sélectionneur des Bleus Didier Deschamps (d) lors du match contre l'Allemagne en Ligue des nations, le 6 septembre 2018 à Munich

Le sélectionneur des Bleus Didier Deschamps (d) lors du match contre l'Allemagne en Ligue des nations, le 6 septembre 2018 à Munich.

La solidarité et l’état d’esprit» ont permis aux Français de résister aux assauts de l’Allemagne jeudi soir, malgré une condition physique encore imparfaite à cette saison, a estimé le sélectionneur français Didier Deschamps après le 0-0 obtenu à Munich pour le premier match de la Ligue des Nations.

La solidarité et l’état d’esprit ont encore été décisifs ce soir?

«C’est notre base, notre force. A part Alphonse (Areola) à la place d’Hugo (Lloris), les joueurs qui ont joué ce soir étaient les mêmes que ceux qui ont joué la finale du Mondial. Avec cette équipe d’Allemagne qui a poussé, nous avons fini le match à l’énergie. Ce n’est jamais évident, un match de rentrée, la plupart des joueurs ont repris l’entraînement il y a trois semaines seulement. Au niveau athlétique, ils ne sont pas tous au mieux de leur forme. On a fait ce qu’on sait faire, avec un peu plus de déchet technique, lié certainement à la condition physique un peu aléatoire et aussi à une équipe d’Allemagne qui a été plus prudente, qui a laissé moins d’espaces et qui a mis beaucoup de densité. Les deux équipes ont eu des opportunités, chacune a eu sa période du match.»

Pour vous, ce match était-il une parenthèse? Le vrai départ sera-il plus tard?

«Je l’ai déjà dit cette semaine: au prochain rassemblement, en octobre, les joueurs auront plus de compétition, ils auront repris les coupes d’Europe. Ils seront tous mieux. Mais, dans trois jours, nous avons ce premier match devant notre public au stade de France. Il y a toujours l’envie d’aller chercher le meilleur résultat possible mais le contexte est un peu particulier pour nous du fait qu’on a fini très tard. Et aussi, pour les joueurs, psychologiquement, ce n’est jamais évident. Mais ce n’est pas spécifique à la France. On a vu ce soir un match plutôt agréable, avec du déchet des deux côtés. Le côté positif, c’est qu’on est toujours solides, on ne prend pas de but mais on n’a pas été efficace sur les 5 ou 6 occasions qu’on a eu pendant le match.»

Avez-vous été surpris par la prestation d’Alphone Areola?

«Non, je n’ai pas été surpris par Alphone. Je suis très content pour lui. Ce n’est jamais évident une première sélection. Même s’il était venu 29 fois avec nous, il n’avait pas eu de temps de jeu. Il sait que j’ai confiance en lui. Ce soir, l’opportunité s’est présentée, il l’a bien saisie avec son calme et sa sérénité habituels. Ca va lui donner encore plus de confiance et il en a déjà beaucoup.»

Allez-vous procéder à plusieurs changements dans trois jours contre les Pays-Bas?

«Dans trois jours, on verra. Je n’ai pas encore décidé. Faire tourner ou pas, tout est possible, sachant que c’est notre premier match au Stade de France, devant notre public, je vais voir comment chacun aura récupéré. Je peux changer 2, 3, 4... joueurs, selon comment ils auront récupéré, ça rentrera dans ma réflexion.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires