Litige Mohamed–Gurib-Fakim: un comité ad hoc institué

Avec le soutien de
Le Bar Council devra sur pencher sur les plaintes déposées par Me Mohamed et Ameenah Gurib-Fakim.

Le Bar Council devra sur pencher sur les plaintes déposées par Me Mohamed et Ameenah Gurib-Fakim.

«It will be done within a reasonable time and as promptly and practicable as possible.» C’est en ces termes que Me Yahia Nazroo, secrétaire du Bar Council, a confirmé hier, mercredi 5 septembre, à l’express qu’un comité ad hoc a été mis sur pied afin d’enquêter sur les plaintes déposées par Me Yousuf Mohamed contre les avocats de l’ancienne présidente de la République. À savoir Mes Yanilla Moonshiram et Hervé Duval, et par Ameenah Gurib-Fakim contre Yousuf Mohamed pour non-respect de ses obligations d’avocat envers sa cliente.

Le secrétaire du Bar Council a fait ressortir que c’est un comité «autoregulate » qui se penchera sur ce dossier. Le comité est composé d’un Queen’s Counsel et de quatre Senior Counsels. Nommément Mes Raymond d’Unienville, Ravind Chetty, Narghis Bundhun, Patrice Doger de Spéville et Angelique Desvaux de Marigny. Sans oublier Me Denis Mootoo, du bureau du Directeur des poursuites publiques. Un rapport sera par la suite soumis.

Le Senior Counsel Mohamed avait évoqué le fait que les avocats d’Ameenah Gurib-Fakim se trouvent dans une situation conflictuelle en représentant l’ex-présidente devant la commission d’enquête présidée par le juge Caunhye. Ameenah Gurib-Fakim a, quant à elle, par le biais d’une correspondance adressée au Bar Council, soutenu que Me Mohamed a commis une violation de la clause de confidentialité.

Me Yahia Nazroo, secrétaire du conseil de l’ordre des avocats, avait fait un appel auprès des membres du barreau pour qu’ils s’abstiennent à faire des commentaires à la presse ou ailleurs sur cette affaire. Or, certains ont fait fi de cet appel. Et la convocation de plusieurs avocats qui ont posté des commentaires sur les réseaux sociaux n’est pas à écarter.

Publicité
Publicité

Un nouveau scandale défraie la chronique depuis le mercredi 28 février à Maurice. Cette fois-ci cela concerne ni plus ni moins la garante de notre Constitution, son excellence Ameenah Gurib-Fakim, présidente de la République. Elle a dépensé plusieurs centaines de milliers de roupies pour des achats personnels, entre autres, sur une carte de crédit Platinum offerte par la Planet Earth Institute, la fondation d’Álvaro Sobrinho, homme d’affaires angolais hautement controversé. Retrouvez tous les articles concernant cette affaire dans notre dossier spécial : Platinum Card. Une enquête exclusive de l’express.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires