Jeux de hasard: Lottotech se donne une année pour relancer la «Loterie vert»

Avec le soutien de
Coronation, un des plus gros revendeurs de la «Loterie Vert», est appelé à opérer dans un nouveau paysage.

  Coronation, un des plus gros revendeurs de la «Loterie Vert», est appelé à opérer dans un nouveau paysage.  

Après le début du second tirage du Loto prévu aujourd’hui, les choses s’activent au rez-de-chaussée du HSBC Centre où la reprise, voire la gestion éventuelle, de la «Loterie vert» passera à une vitesse supérieure. Pour preuve l’intégration de son personnel à celui de Lottotech et la conception d’un logiciel pour cette loterie qui devrait être une réalité en septembre 2019.

D’ores et déjà, 44 anciens employés de la «Loterie vert» sur 65 – la différence ayant décidé de faire prévaloir leurs droits à la retraite – seront en face d’une offre d’emploi ferme de Lottotech dès la première semaine d’octobre. Ils disposent de deux semaines pour décider si éventuellement ils vont s’y joindre.

«Dès que toutes les modalités et autres accords seront finalisés, il y aura une période de formation et d’accompagnement qui durera au moins six mois afin de faciliter l’intégration de la nouvelle équipe», explique le Chief Operating Officer Moorghen Veeramootoo. Et d’ajouter qu’un comité mixte a été constitué sous la présidence du Chairman de la Gambling Regulatory Authority, Om Kumar Dabeedin, pour s’assurer que l’intégration se passe sans anicroche en misant sur des réunions régulières entre les deux équipes.

«Une approche judicieuse est importante dans de telles situations. Notre équipe a su rester à l’écoute de nos futurs collègues. Notre priorité, c’est qu’ils se sentent bien et motivés pour travailler pour Lottotech car c’est une opportunité qui leur est offerte afin que l’équipe grandisse tout en accueillant de nouveaux talents.»

L’étape d’intégration passée, Lottotech travaille à redynamiser la «Loterie vert» pour introduire la première loterie en ligne. La firme tente de faire revivre une société qui a été déficitaire depuis 2013 avec le nombre de billets de loterie se réduisant comme une peau de chagrin: de cinq millions à moins de trois millions actuellement sans compter le nombre de billets invendus. Le nouvel opérateur se propose d’y investir Rs 50 millions. Ce qui n’est pas une somme énorme vu que Lottotech s’appuiera sur la plateforme informa- tique existante pour opérer ce second jeu de hasard.

«(…) sept et huit mois pour appliquer le système et effectuer les tests.»

Pour le moment, l’entreprise se penche sur un modus operandi pour la «Loterie vert» avec le lancement prochain d’un sondage national pour recueillir les commentaires des parieurs sur le montant du jackpot qui correspond le mieux à leurs attentes. Mais aussi sur la fréquence, à savoir si ce sera une loterie mensuelle ou hebdomadaire.

«Sur la base des résultats de cette enquête, Lottotech concevra le logiciel et toute la logistique nécessaire pour la mise en place de cette loterie. Il nous faut entre sept et huit mois pour appliquer le système et effectuer les tests. Ce sont les mêmes terminaux du Loto qui seront utilisés pour la loterie. A priori, nous n’entrevoyons pas de gros problèmes car c’est une technologie que nous maîtrisons», souligne le COO.

La filiale du groupe Gamma se donne deux ans après son lancement pour redresser financièrement la «Loterie vert». Ce qui lui permettra de muscler ses opérations en renouant avec la croissance et en assurant sa pérennité. Déjà, avec l’introduction d’un second tirage, Lottotech espère renouer avec la situation financière de 2014, soit avant les mesures budgétaires de l’année suivante qui ont mis fin aux cartes à gratter et à la publicité sur le Loto. En 2014, l’opérateur du Loto avait réalisé des bénéfices nets de Rs 166 millions, chiffre qui a chuté à Rs 40 millions en 2015, pour passer à Rs 88 millions l’année d’après et à Rs 110 millions en 2017. «Notre objectif est de nous appuyer sur ces projets pour atteindre la situation financière de 2014, sinon l’améliorer», affirme Moorghen Veeramootoo.

Cependant, cette situation ne profite pas qu’à Lottotech uniquement, le gouvernement bénéficiant d’une part importante grâce aux contributions de celui-ci au Consolidated Fund. En fait, avec la décision de la GRA, en juin dernier, d’augmenter d’1 % les contributions de Lottotech – qui passent à 47,16 % contre 46,1 7 % – à ce fonds, la compagnie estime celles-ci à Rs 600 millions par an, contre Rs 500 millions actuellement, soit Rs 6 milliards pour les dix ans que durera le contrat de licence de la loterie, celle-ci arrivant à terme l’année prochaine.

Après sept décennies sous l’ombrelle de l’État, la «Loterie Vert» quittera d’ici une année le 3e étage du Mutual Aid Building pour s’installer au 1er étage du HSBC Centre. Une nouvelle ambition pour préserver un patrimoine…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires